ACCUEIL 20.10.2014 Mis à jour à 09h56

McSorley: «Nous sommes en situation d’urgence»

Hockey sur glace

Discrédité par Rapperswil, GE Servette a l’obligation, demain, d’inverser la tendance en relevant la tête.

Par Frédéric Lovis. Mis à jour le 05.03.2012 19 Commentaires

Mots-clés

Mené 2-0 dans sa demi-finale de play-out virant au cauchemar, il est adossé au mur. «Joueurs, coaches, tout le monde doit se rendre compte que le club se trouve branché en mode survie, plus en mode championnat», martèle Chris McSorley, préoccupé par la situation dans laquelle s’ébattent ses joueurs.

«Une situation d’urgence», reconnaît un technicien évoquant «le match le plus important de la saison» quand il parle de l’acte III à venir. «Arrêtons de gémir, oublions cette fin de saison ne nous ayant pas permis d’atteindre les play-off, et réalisons où nous en sommes arrivés. Les joueurs n’ont tout simplement pas pris conscience de l’environnement dans lequel ils évoluent.»

Rappel: il s’agit des play-out, où l’on ne joue plus pour gagner quelque chose, mais pour ne pas perdre. Nuance.

L’exemple biennois

Pour s’extraire du trou au fond duquel l’Aigle s’est vautré, la recette est, a priori, simple. «Il faut opérer un changement de mentalité, reconnaît Chris McSorley. L’encadrement doit continuer à travailler pour créer le déclic.» Autrement dit pour convaincre, à ce stade avancé de crise, que tout reste possible. L’exemple biennois de l’an passé est là pour le rappeler. Menée 2-0 dans sa série contre Ambri, la bande à Kevin Schläpfer avait trouvé le moyen de renverser la vapeur lors de ce fameux acte III souvent déterminant.

«Je crois dur comme fer en cette équipe, reprend Chris McSorley. Mes joueurs et les fans doivent aussi continuer de croire aux capacités lui ayant permis de devenir l’une des meilleures de la ligue.» Pourquoi n’est-ce plus le cas? «Nos meilleurs joueurs doivent arrêter de se compliquer la tâche. Ils doivent revenir aux fondamentaux ayant récemment constitué leur force.»

Reste cette question: l’Aigle est-il encore mû par cette force lui ayant permis de quasi atteindre ce «sommet» contre lequel il a fini par se fracasser? Chris McSorley en est persuadé. A une autre condition. «Certains joueurs doivent plus s’engager physiquement.»

Un plan infaillible nécessitant de l’énergie à revendre. Energie dont GE Servette semble vidé. «Non, personne n’est fatigué, affirme notre interlocuteur. Prétendre ça, c’est se chercher des excuses. Les leaders de Rapperswil ont joué autant de matches que les nôtres. Arrêtons de nous cacher derrière certaines explications et revenons à ce jeu simplifié qui nous avait permis de connaître le succès. N’oublions surtout pas une chose: une victoire, une seule, et le «momentum» changera de camp.» (Le Matin)

Créé: 05.03.2012, 10h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

19 Commentaires

Jean Vonchevrette

05.03.2012, 10:39 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 0

C'est le remake de Gottéron en 2006 (sauf erreur) et de Bienne... rater les PO pour un ou deux points et se retrouver en facheuse posture durant les play out. GSHC a largement les qualités et les ressources pour s'en sortir rapidement. Ne trainez pas, les vacances vous tendent les bras. Répondre


herve tinguely

05.03.2012, 10:40 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

le mac sorley oublie que bienne a une autre mentalité que les genevois Répondre



  • Sports Center

Dépêches sports

Sondage

A votre avis, Roger Federer va-t-il redevenir numéro 1 mondial d'ici la fin de l'année?