Samedi 22 juillet 2017 | Dernière mise à jour 11:54

Tennis John Isner: «Nous voulons battre la Suisse»

La décontraction était comme toujours de mise dans l’équipe des Etats-Unis lors de la conférence de presse organisée trois jours avant le début du 1er tour de Coupe Davis qui l’opposera à la Suisse à Fribourg.

John Isner à l'entraînement au Forum Arena de Fribourg.

John Isner à l'entraînement au Forum Arena de Fribourg. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«L’Open d’Australie a perturbé ma préparation pour ce match!», a lâché Mardy Fish. Interrogé sur la difficulté à s’adapter à la terre battue alors que les courts en dur sont de rigueur en ce début de saison, le no 8 mondial ne pouvait qu’ironiser après son élimination subie au 2e tour à Melbourne. «La Coupe Davis est une priorité pour nous cette année», avait souligné le droitier du Minnesota avant d’enchaîner avec cette boutade.

«Je n’ai pas bien joué en Australie. Je suis excité à l’idée de reprendre la compétition, et cette rencontre de Coupe Davis est l’événement idéal pour renouer avec la victoire», poursuivait plus sérieusement Mardy Fish, qui ne tarissait pas d’éloges sur Roger Federer. «Il est depuis longtemps le deuxième meilleur joueur de terre battue derrière Rafael Nadal. Il a battu Rafa sur cette surface.» «Une équipe dans laquelle évolue Roger est toujours difficile à battre, d’autant plus à l’extérieur», soulignait pour sa part le No 2 américain en simple, John Isner, appelé à défier l’homme aux 16 trophées du Grand Chelem vendredi. «Mais nous ne sommes pas venus jusqu’ici pour rien. Nous voulons gagner», martelait le géant de la Caroline du Nord (2, 06m), qui participera à sa quatrième rencontre de Coupe Davis seulement.

«Je n’ai pas encore une grande expérience dans cette compétition. Mais c’est un honneur de représenter son pays, et je prends beaucoup de plaisir pendant ces semaines-là», expliquait le No 17 de la hiérarchie mondiale, à qui le capitaine Jim Courier coupait quasiment la parole à cet instant. «Il n’en donne pas l’impression lorsqu’on entend le ton de sa voix, mais il est excité à l’idée de jouer», rigolait l’ancien No 1 mondial.

Conditions quasi idéales John Isner s'est montré, comme l’ensemble de son équipe, satisfait des conditions de jeu. «Il y a quelques rebonds difficiles, mais comme sur pratiquement n’importe quel court en terre battue. Il faut un peu de temps pour prendre ses marques, mais tout le monde est dans le même cas», précisait-il.

Jim Courier s'est dit lui aussi ravi, malgré le froid. «C’est parfait, a-t-il confié. L’accueil est toujours remarquable en Suisse. Et nous avons bien digéré le décalage horaire. Tout fonctionne selon nos plans jusqu’ici», précisait l’Américain, membre de l’équipe qui avait battu la Suisse de Marc Rosset et Jakob Hlasek à Fort Worth en finale de l’édition 1992. «L’altitude et les balles rendent les conditions de jeu plus rapides, ce qui est bon pour nous», concluait-il. (SI/Le Matin)

Créé: 07.02.2012, 14h59