ACCUEIL 25.11.2014 Mis à jour à 01h10

Federer aspire à autre chose

Tennis

En décembre, le maître entamera une tournée en Amérique latine, où il est attendu comme une rock star. Ses motivations, à 31 ans, évoluent.

Par Christian Despont, envoyé spécial à Londres. Mis à jour le 08.11.2012 9 Commentaires
Roger Federer veut aller à la découverte des gens en Amérique du Sud.

Roger Federer veut aller à la découverte des gens en Amérique du Sud.
Image: EPA/Facundo Arrizabalaga

Jeu de dupes

Roger Federer nie avoir ressenti les douleurs qui, lundi encore, entravaient ses mouvements et encombraient ses pensées.

Sa peine, la vraie, lui faut causée par David Ferrer, «un joueur que nous respectons tant car il ne craque jamais mentalement». Or Ferrer a bel et bien craqué, mais peut-être était-ce intellectuellement, au moment où il semblait s’épargner l’humiliation d’une quatorzième défaite d’affilée, rattrapé par des fébrilités adolescentes et de funestes inhibitions devant l’exploit.

Roger Federer aurait pu perdre mais, allez comprendre, cette hypothèse est parue toute à la fois plausible et totalement invraisemblable, vue et revue. Le maître a finalement eu le loisir de commettre 39 fautes directes, d’écarter neuf balles de break, de cibler plus ou moins un service sur deux (30% dans les trois premiers jeux) sans même concéder un set, ni avoir le temps d’y penser.

Et sinon, «la santé va bien, merci».

LES 5 MATCHES-EXHIBITIONS DE FEDERER EN AMÉRIQUE LATINE

6 décembre
Sao Paulo (Bré) contre Thomaz Bellucci
8 décembre
Sao Paulo (Bré) contre Jo-Wilfried Tsonga
12 décembre
Buenos Aires (Arg) contre Juan Martin del Potro
13 décembre
Buenos Aires (Arg) contre Juan Martin del Potro
15 décembre
Bogotá (Col) contre Jo-Wilfried Tsonga

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Ce fut un jour de plus; ou un jour de moins, tout dépend à quel bout on se place. Tandis que son dos semblait grincer comme les essieux d’une guimbarde, Roger Federer a trouvé le moyen d’atteindre les demi-finales, cahin-caha, en poussant David Ferrer à la faute; un Ferrer particulièrement léger, vaincu pour la quatorzième fois d’affilée (6-4 7-6). Simple routine...

Son corps le châtie de quelques excès, avec des langueurs de lendemain d’hier, mais le cœur, lui, est toujours en fête, partant pour une nouvelle tournée (est-ce bien raisonnable?) en Amérique latine, du 6 au 15 décembre prochain. Trois étapes sont prévues: le Brésil, l’Argentine puis la Colombie. «Je ne suis jamais allé dans ces pays. J’avais très envie de les découvrir, de les visiter. Je connais un peu leur histoire mais, malheureusement, je n’en ai une vision théorique. J’aimerais parler avec des gens.»

Il lui suffisait de commander un catalogue et de réserver par Internet. Mais Roger Federer n’a pas besoin de vacances. Il part en représentation, rock’n’roll attitude, interprète de son propre personnage et acteur de sa propre histoire, à la rencontre de peuples lointains et acquis.

En Argentine, les organisateurs ont vendu 20 000 billets en moins de six heures. Jose Luis Clerc, ancien champion du lieu, n’a pas vu une telle hystérie collective depuis les Beatles. Un stade sera construit spécialement. Les cachets de la star sont estimés par la presse argentine à 1,3 million de francs par match.

«Je suis très touché de compter autant de fans dans le monde, de recevoir un tel accueil dans tous les endroits de la planète où je vais. Cette popularité est pour moi une motivation à poursuivre ma carrière. J’ai la chance d’évoluer dans de grands stades, où les gens sont heureux de venir me voir. Les rencontres, les voyages, tous ces aspects contribuent à mon bonheur de jouer au tennis.»

Sa propre vie d’abord

Des proches lui prêtent le secret espoir d’organiser une autre tournée, sans doute l’ultime, dans tous les tournois qu’il a remportés, jusqu’aux plus archaïques et provinciaux. A ce stade d’une carrière accomplie, Roger Federer semble s’ouvrir à d’autres perspectives, au-delà du simple but à atteindre.

Il le reconnaissait à demi-mot, dimanche, en ouverture du Masters: «Je suis heureux de la carrière que j’ai eue, des moments que j’ai vécus. La place de numéro un exige de nombreux sacrifices. C’est un état d’esprit à plein-temps. Je n’en ferai pas une idée fixe. Depuis mon jeune âge, j’ai voulu remporter des Grand Chelem, puis beaucoup d’autres, et encore plus. Aujourd’hui, la démarche est différente. Je cherche moins à suivre un plan de carrière que ma propre voie.»

Makis Chamalidis, psychologue de nombreux sportifs français, tirait déjà le même constat en 2009: «Finalement, le tennis est une activité lassante. C’est un microcosme composé des mêmes gens et des mêmes escales. A partir d’une certaine usure, il est important de défendre une autre idée que simplement gagner ou perdre. Muhammad Ali a défendu une religion, Arthur Ashe une race, Billie Jean King la condition féminine. Federer, d’une certaine façon, défend l’élégance. Peu importe comment mais il est essentiel qu’un champion, passé une forme d’avènement, se reconnecte avec son désir.»

Jusqu’en 2016

Puisque la connexion est excellente, Roger Federer jouera au moins jusqu’en 2016, année des Jeux de Rio. Il a déjà réinventé son jeu, revenu à des instincts premiers, à des espiègleries originelles. Il ne lui reste plus qu’à imaginer une suite. (Le Matin)

Créé: 09.11.2012, 07h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

9 Commentaires

Pierre Long

09.11.2012, 12:45 Heures
Signaler un abus 29 Recommandation 2

C'est vrai que ce gars est étonnant. Il joue à un haut niveau depuis si longtemps. Je veux dire, même usé, il arrive à dominer la plupart de ses adversaires. C'est vraiment la marque d'un champion exceptionnel et d'un talent d'une pureté limpide. Loin de la démarche d'un tâcheron, en tout cas. Répondre


Franck Drebin

10.11.2012, 06:13 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 2

Certains footballeurs s'exportent en Russie ou en Chine (pas par idéologie mais pour les $), d'autres sportifs font des exhibitions. Mais le but est le même. C'est humain. Mais ce n'est pas faux de dire qu'il est intéressé par le côté lucratif de sa tournée. Répondre



#LMDavis tweet





  • Sports Center

Dépêches sports