Jeudi 20 juillet 2017 | Dernière mise à jour 20:08

Tennis Ce que «Le Matin» pense du sacre de Federer

Mathieu Aeschmann, notre envoyé spécial à Londres, livre son regard sur le huitième titre de Roger Federer à Wimbledon.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Roger Federer a écrit une nouvelle page de sa légende au bout d’une finale sans émotion. Tant mieux. Car ce dix-neuvième titre majeur – le huitième dans le temple de Wimbledon – impose de regarder plus loin.

Il faut contempler le phénomène à travers les âges. Observer les ajustements délicats apportés à son service. Ou s’amuser à confronter deux excellences incomparables: le champion total de 2006 et sa version «vieux sage réinventé» de 2017. D’ailleurs, quelle est votre «émotion Federer» préférée? Le gamin à la queue-de-cheval qui s’écroule au pied de «Pistol Pete», la momie au dos bloqué de Lille, le génie ressuscité de Melbourne?

L’œuvre de Roger Federer est monumentale. Elle est comme la «Recherche» de Proust ou l’«Ulysse» de James Joyce. Au-delà des pages qui se tournent avec délectation, le chef-d’œuvre nous accueille dans un monde infini. On peut passer des vies à regarder Federer. (Le Matin)

Créé: 17.07.2017, 11h38