Vendredi 21 juillet 2017 | Dernière mise à jour 18:21

Tennis Wawrinka: «Ce serait un honneur de porter le drapeau»

En marge du tournoi de Gstaad, Stanislas Wawrinka s'est exprimé sur la rumeur qui fait de lui le favori pour porter le drapeau suisse lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je sais que je suis l’un des candidats après le renoncement de Roger Federer, a déclaré Stanislas Wawrinka en marge du tournoi de Gstaad. Etre choisi serait un très grand honneur. Mais je n’ai pas eu de contact avec Swiss Olympic. Je crois que le choix sera arrêté quelques jours seulement avant la cérémonie du 27 juillet (réd: le 23 juillet en fait)».

Titré à Pékin aux côtés de Roger Federer, Stanislas Wawrinka mesure parfaitement toute la difficulté de la conquêté d’une deuxième médaille d’or en double. «Cela s’annonce très compliqué pour Roger et moi, avoue-t-il. Les Américains, les Espagnols et les Français aligneront deux paires très compétitives. Il faut que l’on arrive à se mettre dedans très vite avec Roger. Nos parcours en simple auront ainsi une incidence. A Pékin, nous avons commencé à très bien jouer une fois que nous... avions perdu tous les deux en simple». Wawrinka s’était incliné en seizième de finale devant Jürgen Melzer, Federer en quart de finale face à James Blake.

A Londres, Stanislas Wawrinka ne logera pas au village olympique. Comme Roger Federer, il a décidé de rester à Wimbledon. «Dans la maison que j’ai louée lors du tournoi», précise-t-il. Huitième de finaliste à deux reprises à Wimbledon en 2008 face à Marat Safin et en 2010 devant Andy Murray, Stanislas Wawrinka entend brouiller les cartes dans un tournoi qu’il estime plus «ouvert que tous les autres».

«Il faut s’attendre à des surprises. On jouera à la limite des trois sets jusqu’à la finale, on jouera sur gazon aussi et, enfin, on jouera un tournoi qui n’a lieu que tous les quatre ans, lâche-t-il. Cela peut induire une pression supplémentaire sur les épaules des favoris». Surtout, serait-on tenté de préciser, sur celles d’un trentenaire no 1 mondial qui n’a jamais gagné la médaille d’or du simple. (SI/Le Matin)

Créé: 18.07.2012, 13h09