Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 14:27

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

27 Commentaires

Il y à 20 ans les suisses n'étaient jamais autant à gauche que maintenant !! Les suisses disent toujours non à l'Europe car quant ils voient l'état de la Grèce et de l'Espagne, les suisses ne veulent pas rentrer dans l'EEE (espace économique européens) Et UE union Européenne mais à force de votez socialistes verts et quitter UDC PLR et bien le oui à L'Europe ainsi que le oui à l'EEE se rapproche !


Il y à 20 ans la suisse avait bien raison !! Maintenant en vue des résultats élection 2011 le oui à l'EEE et le oui à l'EUrope est possible !!


Le 23 octobre 2011 les suisses ont fait un pas de plus en direction de l'Europe !! Bravo et grâce à vous la suisse va se retrouver dans la même situation que l'Espagne et la Grèce !


Adhésion à l'EEE ne veut pas forcément dire adhésion à l'UE (voire la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein). De plus, on estime que la non adhésion à l'EEE fait perdre de l'argent à la Suisse. Les accords bilatéraux ne représentent qu'une infime partie de ce que l'EEE a permis dans les autres pays de l'AELE. Un EEE III est prévue prochainement. La Suisse devrait participer aux négociations.


Quel soulagement que nous n'ayons pas adhéré à une Europe qui se portait beaucoup moins bien que nous. J'avais voté non d'ailleurs car je sentais venir une catastrophe sur ces pays bien moins disciplinés et raisonnables que nous le sommes.


arrête de te la péter !

1 Recommandation 0 Signaler un abus

Il y a 20 ans, j'étais hésitant. J'avais finalement opté pour le non. Aujourd'hui, je me dis que j'ai rudement bien fait !


Et pour les adeptes de la solitude, la GB est dans une panade bien plus grande que l'UE, pourtant elle a utilisé tous les artifices pour en faire partie le moins possible. Si elle en sort, ce que je souhaite, j'espère le rétablissement le plus rapide des frontières, des droits de douane et aucun accord, on verra qui en souffre le plus GB vs UE.


D'accord sans GB!!!!!!!!!!!! j'y vais plus je m'en tape. Le reste de la zone UE subsistera, n'en déplaise à nos nostalgiques des frontières entre les cantons, l'UE survivra et l'euro aussi. On y a intérêt parce que sans ça on est MORTS.

Signaler un abus

Ouais, chouette, trois heures d'attente aux contrôles-frontières britanniques. Ca c'est le progrès. Et il y en a qui préconisent ce genre de bêtises ailleurs en Europe. Avec réintroduction des visas pour aller à Paris un week-end par exemple. Vive l'Europe ! Vive Schengen !

1 Recommandation 0 Signaler un abus

Que l'UE soit lourde dans son fonctionnement OK. Mais la Suisse et ses cantons, plus d'un siècle pour le CEVA, 50 oppositions au kilomètres dans rail 2000, c'est mieux? On importe des médecins pour ne pas les former, d'où? de l'UE. Vous avez confiance? faites attention, ne vous faites pas soigner par ces habitants d'une Union aussi glauque, soyez cohérents. Le Matin de ce jour, édifiant.


Pour ou contre, c'était une époque de croissance avec des projets, une envie de construire ensemble... Enfin beaucoup d'utopie. Il était possible de rêver... De choisir... Aujourd'hui que reste t'il...?


Le rêve étant dissipé, il ne reste que la réalité: l'Europe du fric. Vous auriez mieux fait de vous engager pour un projet humaniste et désintéressé, pour l'Europe des consciences et des libertés ! Vous avez été manipulée en 1992. On vous a fait rêver.

8 Recommandation 0 Signaler un abus

La situation était différente le 6 décembre 1992! Nous avions beaucoup de chômage en Suisse, l'Europe des 15 fonctionnait bien! Plus du 80% des romands ont dit oui à l'EEE, qui était portée à bout de bras par Jean-Pascal Delamuraz et René Felder! Les Suisses Allemands l'on refusée et le fossé entre Romands et Alémaniques s'est creusé un peu plus! Ce que nous vivons aujourd'hui n'est pas comparable


René Felber et pas Felder. L'adhésion à l'UE aurait pu être négociée, avec, comme pour le Royaume-Uni, un certain nombre de réserves. Depuis, nous subissons les directives de l'UE sans participer à leur élaboration. Bref, c'est la situation d'un pays satellite. Aujourd'hui, bien sûr, l'adhésion a beaucoup moins de sens.

Signaler un abus

C'est assez rare pour le préciser mais pour une fois que les suisse-allemand nous ont sauvés de l'Europe ou EEE alors pour une fois il faut bien le dire : MERCI

29 Recommandation 0 Signaler un abus

Parfaitement Jean-François ! On es tous d'accord !

3 Recommandation 0 Signaler un abus

Peut-être qu'en 1992 certains ont été plus clairvoyants que d'autres, enfumés par des promesses illusoires. Une décision positive en 1992 nous aurait engagé dans le désastre de 2012. Il était plus que prévisible si on voulait se donner la peine de réfléchir à ce que signifie une union économique.

16 Recommandation 0 Signaler un abus

Je crois que si De Gaulle voit ça d'où il est, il doit aussi appeler l'UE "Le Machin".


Babel !


La Suisse est européenne et n'a pas besoin de l'Union Européenne pour s'en convaincre. La Suisse est membre du Conseil de l'Europe depuis 1963 et siège à Strasbourg depuis cette date, C'est l'Europe des consciences, l'Europe des libertés, la seule qui mérite notre intérêt. L'autre Europe, celle de l'UE, est une grosse bastringue économique empêtrée dans une crise et une administration colossale


Il n'y aura pas débâcle mais renforcement de l'UE.

Signaler un abus

Merci d'avoir essayé Georges. Peut-être qu'elle retrouvera de l'intérêt aux yeux de certains suite à la débacle de l'UE.

1 Recommandation 0 Signaler un abus

J'ai essayé, Popaul. ;) Mais l'inertie des fonctionnaires du Conseil de l'Europe a découragé les plus entreprenants désireux de réformer cette institution passablement sclérosée. Et chez les politiques elle n'intéresse pas grand monde.

1 Recommandation 0 Signaler un abus

@georges: il ne tient qu'à nous de renforcer la signification du Conseil de l'Europe face à l'Union Européenne pour en faire l'Europe des consciences et des libertés en réponse à l'Europe du fric.

3 Recommandation 0 Signaler un abus

Le Conseil de l'Europe, qui pond des Résolutions le plus souvent inutiles, n'existe que par sa Cour des Droits de l'Homme. Presque tout le reste est à oublier. Pendant un temps, il a servi de porte d'entrée des pays de l'Europe de l'Est pour l'Union européenne. Ce rôle est à présent terminé.

2 Recommandation 1 Signaler un abus

Il n'y a plus que les inconscients qui souhaitent encore notre adhésion à cette pétaudière qu'est l'europe !



Retour à l'article
Publicité