Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 14:49

Pacte fédéral 200 extrémistes de droite se sont réunis au Grütli

A l'appel du Parti des Suisse nationalistes, ils se sont retrouvés sur la plaine pour fêter l'événement de «manière patriotique.» La police les surveillait.

Les manifestations de parti politiques sont normalement interdites au Grütli. Venus sans en faire la demande, ils ont été tolérés et surveillés par la police.

Les manifestations de parti politiques sont normalement interdites au Grütli. Venus sans en faire la demande, ils ont été tolérés et surveillés par la police. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quelque 200 extrémistes de droite se sont réunis dimanche après-midi sur la prairie du Grütli pour fêter «de manière patriotique» le pacte fédéral, ont-ils indiqué. Aucun incident ne s’est produit, a communiqué la police cantonale uranaise.

Ce rassemblement était organisé par le Parti des Suisse nationalistes (PNOS). Des membres d’autres groupements d’extrême droite y ont aussi participé. Les extrémistes ont agité des drapeaux, «renouvelé» le pacte fédéral et chanté l’ancien hymne national. Quatre discours ont aussi été tenus.

Manifestation tolérée mais sous surveillance

La police cantonale était présente, mais elle n’a pas dû intervenir, a dit son porte-parole Karl Egli. Elle a filmé la manifestation afin de pouvoir poursuivre d’éventuelles infractions à la loi –par exemple à la norme pénale antiraciste.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la Société suisse d’utilité publique (SSUP), qui administre la prairie du Grütli, y interdit les rassemblements politiques. Elle doit en outre donner son aval pour toutes les manifestations qui réunissent plus de 50 personnes. Les extrémistes de droite n’avaient pas présenté de demande.

Leur manifestation a toutefois été tolérée. Le règlement d’utilisation de la SSUP ne constitue en effet pas une base légale qui pourrait justifier une intervention de la police, tant que le droit, l’ordre et la sécurité ne sont pas menacés, a expliqué Karl Egli. (ats/nxp)

(Créé: 05.08.2012, 18h18)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Les plus partagés Suisse