ACCUEIL 26.11.2014 Mis à jour à 08h37

Bataille en perspective sur la p0litique agricole

Conseil national

La politique agricole 2014-17 va susciter des étincelles au Conseil national. La commission préparatoire a été submergée par les propositions et les premières décisions sont tombées de manière très serrée.

Mis à jour le 20.06.2012 2 Commentaires
La politique agricole continuera d'être débattue en août.

La politique agricole continuera d'être débattue en août.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Par 17 voix contre 7, la commission de l’économie du National est entrée en matière sur la politique agricole, qui assortie d’une enveloppe de 13,67 milliards pour quatre ans, a-t-elle indiqué mercredi. Une proposition de renvoi a échoué dans les mêmes proportions.

La minorité rejette la révision de la loi sur l’agriculture car elle exige davantage de prestations pour des moyens financiers inchangés. A ses yeux, cette situation serait inacceptable pour les paysans, étant donné le prix très faible des produits.

Grâce à la voix prépondérante de son président Christoph Darbellay (PDC/VS), qui a tranché un score de 11 à 11, la commission a approuvé l’inscription dans la loi du principe de la souveraineté alimentaire. Il s’agira de prendre en considération les besoins des consommateurs en produits du pays diversifiés, durables et de haute qualité.

Suite en août

Par 12 voix contre 11, la majorité a aussi refusé d’étendre la notion d’agriculture aux activités para-agricoles. Une telle généralisation irait à l’encontre de l’objectif visé, soit l’utilisation efficace des moyens financiers, et fausserait la concurrence avec l’artisanat et l’industrie, a-t-elle estimé.

Pour la minorité, les activités proches de l’agriculture revêtent une grande importance pour de nombreuses exploitations. L’examen de la politique agricole se poursuivra dès mi-août. (ats/Newsnet)

Créé: 20.06.2012, 11h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Réflexion Toute

20.06.2012, 14:55 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Est-ce que vous vous apprêtez à défendre notre agriculture mais surtout, nos AGRICULTEURS, MARAÎCHERS, ARBORICULTEURS ET AUTRES INTERVENANTS DE NOTRE PAYS? Voulez-vous enfin mettre un frein sur ces produits douteux importés au nom d'échanges signés sans réfléchir ?Si vous ne le faites pas, comptez que ça va barder du côté des fans de nos produits avec plus d'une tranche de lard ! Au PF ABE Répondre


fa mille

21.06.2012, 11:42 Heures
Signaler un abus

agiculteurs,fermiers etc.livrez vos produits à des particuliers,restaurants sans passer par des intermédiaires à des prix attractifs et pas vos"paniers" plus chers qu'au super du coin ,tout le monde y gagnerai(produits suisses,fraîcheur).1)Faites un site d'achats sur internet 2)prospectus pour vous faire connaître 3) livrez à domicile (important)1fois par semaine et voilà MA politique agricole. Répondre



Sondage

Conférence d'Eric Zemmour à Genève: la liberté d'expression a-t-elle ses limites?




Sondage

Les cadeaux de Noël, vous y pensez déjà?





  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce