Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:17

Prostitution Berne veut supprimer le statut d’«artiste de cabaret»

Les jeunes filles des pays hors UE et AELE ne devraient plus pouvoir venir en Suisse comme artiste de cabaret. Le Conseil fédéral veut abolir ce statut.

Spectacle érotique dans un cabaret. (photo prétexte)

Spectacle érotique dans un cabaret. (photo prétexte) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil fédéral estime que le statut d'artiste de cabaret n’offre plus assez de protection contre la traite d’êtres humains et la prostitution.

Le gouvernement a mis vendredi ce projet en consultation jusqu’au 2 novembre. Dans la foulée, il souhaite renforcer la protection des victimes. Il invite les cantons à continuer de développer les tables rondes sur la lutte contre la traite d’êtres humains et de sensibiliser davantage les milieux concernés.

L’admission d’artistes de cabaret étrangers est réglée, depuis plus de 40 ans, via l’octroi d’autorisations de travail. Un statut spécial a été créé dans les années 90. Les personnes en provenance d’Etats tiers qui viennent travailler en Suisse à ce titre ont l’interdiction absolue de se prostituer et d’inciter les clients à consommer de l’alcool.

Clause insuffisante

Or cette clause ne suffit plus. D’ailleurs, près de la moitié des cantons ne recourent plus à ce statut, faute de pouvoir suffisamment contrôler que l’interdiction de la prostitution est appliquée ou que les exigences minimales en matière de salaire sont respectées. Le risque de traite dans ce milieu est également considéré comme élevé.

Le statut d’artiste de cabaret, qui n’est soumis à aucun contingent, est en outre une exception dans la pratique générale d’admissions des étrangers. Si les ceux en provenance de l’UE et de l’AELE bénéficient d’un accès simplifié au marché suisse du travail, les ressortissants d’autres pays ne peuvent venir que dans les limites des contingents et s’ils possèdent de solides qualifications. (ats/nxp)

(Créé: 15.06.2012, 12h55)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.