ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 08h32

Christoph Blocher: «Moi aussi j'ai craqué»

Parlement de milice

Après le départ de Peter Spuhler, les difficultés de Christoph Mörgeli et le burnout de Nathalie Ricki, Christoph Blocher le dit sans détour: lui aussi a «craqué nerveusement». C'était en pleine campagne contre l'EEE.

Par Marc-Henri Jobin. Mis à jour le 03.10.2012 23 Commentaires
Christoph Blocher dit lui aussi avoir craqué nerveusement au début des années 90. Même si les politiciens souffrent de leur double charge, il s'oppose farouchement à la professionnalisation du Parlement.

Christoph Blocher dit lui aussi avoir craqué nerveusement au début des années 90. Même si les politiciens souffrent de leur double charge, il s'oppose farouchement à la professionnalisation du Parlement.
Image: Keystone

Articles en relation

Christoph Blocher photographié le 2 mars 1988 à l'occasion d'une conférence de la presse où les partis bourgeois annoncent renoncer au projet de centrale nucléaire à Kaiseraugst. (Image: Keystone )

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Fin des années 80, début des années 90: l'industrie textile était en crise et il menait campagne contre l'entrée de la Suisse dans l'Espace économique européen (EEE). «J'ai craqué nerveusement», confie Christoph Blocher au Tages-Anzeiger.

«Cela arrive. Chacun peut être touché», rapporte mercredi le leader charismatique de l'UDC. Lui qui a oeuvré 24 ans comme chef d'Ems-Chemie et Conseiller national aurait aussi choisi son entreprise, s'il avait dû faire un choix, comme son jeune collègue de parti Peter Spuhler vient de le faire.

Contre la professionnalisation

Le départ de Peter Spuhler du parti, les difficultés professionnelles de Christoph Mörgeli, le burnout de Nathalie Ricki: les doubles mandats des politiciens de milice sont-ils encore supportables? Lui-même a toujours défendu l'idée d'une «responsabilité globale», répond Christoph Blocher.

Pour lui «un entrepreneur doit être à la fois chef d'entreprise, conseiller national, officier et père de famille». Pour cela, il a renoncé à la vie mondaine.

Du reste, l'UDC zurichois ne voit pas d'un bon oeil la professionnalisation rampante des élus politiques. De plus en plus de Conseillers nationaux et aux États sont engagés par des associations et des organisations et se transforment en lobbyistes.

Un tiers du revenu au maximum

«Il faut freiner à tout prix cette évolution fatale», estime Christoph Blocher. «Les politiciens de métier deviennent des bureaucrates cracheurs de dossiers», résume-t-il. Seuls les parlementaires miliciens peuvent rendre compte de la vraie vie.

Du point de vue de Christoph Blocher, les dédommagements versés aux membres du Parlement devraient être limités et ne pas dépasser un tiers du revenu. Comme il est peu probable que le Parlement adopte de lui-même une telle mesure, il faudrait pour y arriver lancer une initiative, propose Christoph Blocher, qui cependant n'a aucun plan concret. (Newsnet)

Créé: 03.10.2012, 12h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

23 Commentaires

carlo martino

03.10.2012, 13:22 Heures
Signaler un abus 47 Recommandation 18

Tiens, je croyais que pour l'udc, les maladies psychiques n'existaient pas et ceux qui en souffraient n'étaient que des simulateurs. Répondre


Pierre Long

03.10.2012, 14:46 Heures
Signaler un abus 26 Recommandation 6

Je ne partage pas du tout les idées de M. Blocher, mais concernant le fait que les politiciens professionnels sont déconnectés de la réalité, il a entièrement raison et il met le doigt sur un réel ploblème, comme souvent. Répondre



Sondage

Votre vie spirituelle vous porte à croire en...




Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce