Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 19:31

Perquisitions «Christoph Blocher a agi correctement en informant le Conseil fédéral»

A Berne, les chefs de partis réagissent après les perquisitions menées chez Christoph Blocher et l'enquête pénale ouverte contre l'ancien ministre de la justice. Les sentiments vont de la compréhension à la satisfaction.

le président du Parti socialiste Christian Levrat donne en partie raison à Christoph Blocher.

le président du Parti socialiste Christian Levrat donne en partie raison à Christoph Blocher. Image: Keystone

«Il va de soit que la présomption d'innocence vaut aussi pour Christoph Blocher», note le président du PDC Christoph Darbellay. (Image: Keystone )

«Depuis le début de l'affaire Hildebrand, le sentiment prévaut que Blocher a mal joué», relève le président des Verts Ueli Leuenberger. (Image: Keystone )

«Cela prouve que l'état de droit fonctionne», observe Philipp Müller, qui devrait remplacer Fulvio Pelli d'ici quelques semaines à la tête du PLR. (Image: Keystone )

«C'était depuis un bon moment déjà dans l'air», commente le président du Parti bourgeois démocratique (PBD) Hans Grunder. (Image: Keystone )

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je vais suivre avec intérêt le développement de l'enquête», indique le président du PDC Christoph Darbellay dans un premier commentaire. «Il va de soi que la présomption d'innocence vaut aussi pour Christoph Blocher. Je suis tout de même un peu étonné de voir quelqu'un qui voulait inscrire le secret bancaire dans la Constitution être maintenant confronté à une procédure pour violation de ce même secret».

Interrogé par Newsnet/tages-anzeiger.ch, le président des Verts Ueli Leuenberger observe qu'on ne sait pas encore grand chose de l'action en cours. «Apparemment, le procureur a assez d'indices pour ouvrir une enquête: je suis curieux de connaître l'issue de la procédure. Depuis le début de l'affaire Hildebrand, le sentiment prévaut que Blocher a mal joué».

Christoph Blocher est toujours présumé innocent, relève le conseiller national PRD Philipp Müller, qui dans quelques semaines devrait succéder à Fulvio Pelli à la présidence du parti. Pour l'Argovien, l'ouverture d'action pénale «prouve qu'une commission d'enquête parlementaire (CEP) n'était effectivement pas nécessaire dans l'affaire Hildebrand».

«Le PRD a toujours dit: le règlement de la Banque nationale sur les opérations financières privées doit être révisé par le Conseil de la banque, les opérations en argent des membres de la direction de la BNS doivent être examinées et la justice doit ouvrir une enquête pour violation du secret bancaire. Le troisième point est atteint avec la procédure pénale du Ministère public de Zurich. Cela prouve que l'état de droit fonctionne», ajoute Philipp Müller.

Viol du secret bancaire

«Je suis content qu'il se passe enfin quelque chose», confie Hans Grunder, le président du PBD. «Nous avons demandé il y a longtemps déjà une action de la justice. Car le soupçon que Christoph Blocher pourrait avoir violé le secret bancaire dans le cadre de l'affaire Hildebrand est depuis un bon moment déjà dans l'air».

Le président du PS Christian Levrat est satisfait de voir que le Ministère public de Zurich fait enfin son travail. «On sait que Blocher a joué un rôle dans cette histoire depuis que le député au Grand conseil thurgovien Hermann Lei a déclaré aux médias que lui et l'informaticien de la Banque Sarasin l'avaient rencontré».

Le Ministère public zurichois serait bien inspiré cependant d'élargir son enquête à la transmission d'informations à la Weltwoche, ajoute le Fribourgeois. «C'est à mon avis un point délicat de l'affaire».

«En revanche, Blocher a agi correctement, en rapportant au Conseil fédéral, respectivement à la présidente de la Confédération, les informations sur les opérations en devises menées en privé par Hildebrand», ajoute le président du PS. «Il pouvait en effet partir de l'idée que le Conseil fédéral exerce en l'espèce une sorte de supervision». (nxp)

(Créé: 21.03.2012, 12h01)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.