Vendredi 2 décembre 2016 | Dernière mise à jour 23:36

Affaire Hildebrand Christoph Blocher a-t-il d'autres secrets?

Christoph Blocher s'est beaucoup engagé pour conserver son immunité parlementaire dans l'affaire Hildebrand. Il est vrai que, potentiellement, l'enquête ouverte et les données saisies pourraient révéler d'autres choses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Pourquoi Christoph Blocher veut-il se cacher derrière son immunité parlementaire»? Même si le conseiller national UDC ne pouvait formellement y renoncer de lui-même, le Tages-Anzeiger pose vendredi la question: pourquoi le tribun zurichois n'a-t-il pas dit simplement «qu'il n'avait rien à cacher»?

Au lieu de cela, le chef spirituel de l'UDC zurichoise a mis beaucoup d'énergie à tenter de conserver sa protection politique. Jeudi encore, il a plaidé sur seize pages le maintien de son immunité devant la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats. Lui qui, en général, apprécie que tout un chacun soit traité comme un citoyen ordinaire, quel que soit son statut.

Beaucoup de données saisies

Les motivations de Christoph Blocher à stopper l'enquête pénale ouverte contre lui suite à l'affaire Hildebrand pourraient ne pas être uniquement politiques, explique le grand quotidien zurichois. Les perquisitions menées à mi-mars par le Ministère public de Zurich à son domicile et dans ses bureaux ont vu la saisie de documents ainsi que de l'ordinateur et du téléphone mobile de l'intéressé.

Il n'est pas exclu que le procureur y découvre des données relevant d'autres domaines. Le Tagi cite à cet égard le financement de l'UDC, les coulisses des reprises de la Basler Zeitung ou de la Weltwoche ou les données sur l'action de Christoph Blocher alors qu'il était conseiller fédéral.

... et utilisables

Les appareils et documents de Christoph Blocher ne se trouvent pas entre m'importe quelles mains. Peu de personnes sont impliquées au Ministère public dans l'évaluation de documents saisis, ce qui exclut pratiquement les fuites, confirme le conseiller national Daniel Jositsch (PS, ZH), qui enseigne le droit pénal.

En pure théorie, le Ministère public zurichois pourrait utiliser ce matériel, s'il venait à découvrir d'autres délits. Mais pareille hypothèse paraît improbable et aucune menace de ce type ne pèse actuellement sur Christoph Blocher. (nxp)

(Créé: 01.06.2012, 12h17)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.