Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:37

Commission parlementaire Christoph Blocher privé de son immunité

Le vice-président de l’UDC ne devrait pas pouvoir se prévaloir de son immunité parlementaire face à la justice zurichoise. Après l'avoir entendu pendant 2 heures, la commission de l’immunité du National a pris cette décision.

Christoph Blocher a refusé de parler à la presse.

Christoph Blocher a refusé de parler à la presse. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La commission a considéré mercredi que Christoph Blocher ne pouvait se prévaloir de l’immunité pour des faits remontant au 3 décembre 2011. La commission de l'immunité du National l'a décidé mercredi. Elle veut en revanche lui assurer la protection pour une affaire du 27 décembre.

La commission, qui a auditionné mercredi après-midi le vice- président de l'UDC pendant près de deux heures, a en fait rendu un double jugement. Elle devait se prononcer sur une requête du Ministère public zurichois concernant une violation répétée du secret bancaire, a dit son président Heinz Brand (UDC/GR).

La commission a considéré que Christoph Blocher n'était pas protégé par l'immunité parlementaire pour les faits remontant au 3 décembre 2011. L'ancien conseiller fédéral avait alors reçu chez lui l'informaticien de la Banque Sarasin qui a découvert l'affaire ayant conduit à la démission du président de la Banque nationale suisses (BNS) Philipp Hildebrand, ainsi que l'avocat et député UDC au parlement thurgovien Hermann Lei.

Expertise

Bien qu'élu, Christoph Blocher n'a en effet prêté serment comme conseiller national que le 5 décembre. La décision est tombée par 6 voix contre 2 et 1 abstention.

La commission s'est appuyée sur une expertise des services juridiques du Parlement ne laissant aucun doute sur la question pour trancher, a précisé Christian Lüscher (PLR/GE). La minorité s'est opposée en vain à cette interprétation excessivement formaliste

Maintien partiel

La commission est parvenue à une toute autre décision pour la complicité de violation du secret bancaire que le Ministère public zurichois reproche à Christoph Blocher d'avoir commise le 27 décembre. Le tribun zurichois est alors soupçonné d'avoir poussé Hermann Lei à transmettre des données bancaires à un journaliste.

Par 5 voix contre 4, la commission a refusé de lever l'immunité dans ce cas. Dans sa pesée des intérêts, la majorité a considéré que Christoph Blocher a agi en fonction d'un intérêt prépondérant, en sa qualité de membre de l'autorité de surveillance de la BNS, a relevé Heinz Brand.

Il y va de la garantie du libre exercice de l'activité parlementaire, a ajouté Christian Lüscher. La minorité a quant à elle jugé qu'il n'est pas acceptable pour un député de participer à la divulgation de documents bancaires secrets à la presse.

Pas comme Salomon

Christian Lüscher et Heinz Brand se sont défendus d'avoir rendu un jugement à la Salomon. La décision est tombée après une longue analyse juridique et une pesée des intérêts attentive, ont-ils fait valoir.

Les deux conseillers nationaux se sont gardés de répondre directement à la question de savoir quel aurait été le jugement si les faits reprochés dans le premier cas s'étaient produits deux jours plus tard. «On aurait dû procéder à la même analyse que pour l'affaire du 27 décembre», a noté Christian Lüscher.

No comment

La commission des affaires juridiques du Conseil des Etats doit se prononcer le 31 mai. Si elle suit l'avis de la commission d'immunité, le Ministère public zurichois pourra poursuivre, du moins partiellement, son enquête.

Dans le cas contraire, les deux commissions devront se prononcer à nouveau. Si elles ne parviennent pas à accorder leurs violons, l'immunité ne sera pas levée.

S'il a refusé de parler à la presse, Christoph Blocher a répondu à toutes les questions de la commission. «Nous avons pu nous faire une image complète des faits», a assuré Heinz Brand. La commission a également entendu Hermann Lei mercredi. (ats/nxp)

(Créé: 25.04.2012, 16h25)

Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.