Mercredi 24 août 2016 | Dernière mise à jour 15:38

AFFAIRE HILDEBRAND Christoph Blocher visé par une enquête pénale et perquisitionné

La maison du conseiller national a été perquisitionnée aujourd'hui dans le cadre de l'affaire Hildebrand. Une procédure pénale a été ouverte pour atteinte au secret bancaire.

Galerie Photos

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-conseiller fédéral Christoph Blocher est sous le coup d'une enquête pénale dans le cadre de l'affaire Hildebrand. Mardi, le Ministère public zurichois a ordonné une perquisition au domicile et au siège d'une des sociétés de l'actuel conseiller national (UDC/ZH) soupçonné de violation du secret bancaire.

La procédure ouverte lundi doit déterminer si Christoph Blocher a participé d'une manière répréhensible pénalement à la diffusion de données bancaires confidentielles par un informaticien de la banque Sarasin, a indiqué le Ministère public dans un communiqué. Il confirmait une information révélée par l'émission 10vor10 de la télévision alémanique.

Le Ministère public enquête déjà depuis début janvier sur l'affaire Hildebrand. Sont visés l'avocat et député UDC au Grand Conseil thurgovien Hermann Lei, son collègue zurichois Claudio Schmid ainsi qu'un informaticien de la banque Sarasin.

Premiers résultats d'enquête

Dans ce cadre, plusieurs perquisitions ont été menées et Christoph Blocher a été interrogé en tant que personne appelée à fournir des renseignements. Les premiers résultats ont conduit le procureur en charge à étendre la procédure au stratège et vice-président de l'UDC.

L'autorité d'enquête indique avoir attendu la fin de la session parlementaire de printemps pour lancer les poursuites. Il s'agissait de respecter la garantie de participation aux sessions à laquelle ont droit les députés.

Pas d'immunité

Aucune demande d'immunité parlementaire n'a été déposée, selon le président de la commission Immunité du Parlement, Heinz Brand qui n'a en tous cas rien reçu lui-même.

Selon la loi, un député soupçonné d'avoir commis une infraction en rapport direct avec ses fonctions ou ses activités parlementaires ne peut être poursuivi qu'avec l'autorisation des commissions compétentes des deux conseils.

Le Ministère public zurichois estime-t-il que les faits qu'il reproche à Christoph Blocher n'ont rien à voir avec ses fonctions de conseiller national ou a-t-il omis de faire une demande de levée de l'immunité?, s'interroge Heinz Brand. Dans ce dernier cas, la procédure pourrait être contestée. Sa commission siège la semaine prochaine et devrait traiter du dossier, a-t-il précisé.

Présomption d'innocence

Le Ministère public n'a pas donné plus de détails. Il insiste sur la présomption d'innocence.

Quand à Christoph Blocher, il a fait savoir par son porte-parole qu'il ne ferait aucune déclaration dans l'immédiat. On ignore si lui-même veut revendiquer avoir jouer ce «rôle de facteur» en tant que conseiller national. Le Zurichois a évité par trois fois la levée de son immunité par le passé.

Pas une première

Une telle action avait été intentée à son encontre en 2004, alors qu'il était conseiller fédéral, ainsi qu'en 1994 et 2001 alors qu'il siégeait au Conseil national. Il s'agissait dans un cas d'une affaire de diffamation, dans un autre, déjà conduit par le Ministère public zurichois, de violation de la norme contre le racisme, et enfin pour avoir utilisé sa position de député pour favoriser son entreprise active dans la formation.

Christoph Blocher n'est en revanche pas le premier membre ou ex- membre du Conseil fédéral à se trouver sous le coup d'une procédure pénale. En plus d'Elisabeth Kopp qui avait comparu en 1990 devant le Tribunal fédéral pour violation du secret de fonction, on trouve, au XIXe siècle, un conseiller fédéral vaudois, Constant Fornerod, qui a purgé plusieurs années de prison à Paris, pour avoir mené à la banqueroute une banque dont il avait pris la direction après avoir quitté le gouvernement en octobre 1867, a indiqué la Chancellerie fédérale.

Démission du président de la BNS

En décembre dernier, Christoph Blocher avait informé Micheline Calmy-Rey, alors présidente de la Confédération, de transactions suspectes menées par Philipp Hildebrand et sa femme. Ces révélations avaient conduit à la démission du président de la Banque nationale suisse (BNS).

Une expertise effectuée par la suite a montré que les transactions en question n'étaient ni illégales ni ne violaient le règlement de la BNS.

L'UDC prend ses distances. Vice-président du parti, Guy Parmelin a indiqué à la radio publique RTS qu'il s'agissait d'une affaire entre la justice et Christoph Blocher. «L'UDC n'est pas impliquée». (ats/nxp)

(Créé: 20.03.2012, 16h44)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.