Samedi 3 décembre 2016 | Dernière mise à jour 21:52

Financement des partis Credit Suisse soutiendra tout le monde

Credit Suisse va modifier son système de dons aux partis. Il pourrait dépendre de leur force politique.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Credit Suisse va modifier son système de dons aux partis politiques. La banque pourrait imiter le groupe Raiffeisen qui a récemment annoncé qu’il va répartir son financement en tenant compte du nombre d’élus aux Chambres fédérales.

A l’avenir, Credit Suisse (CS) veut soutenir tous les partis nationaux. Le montant des dons va dépendre de la force politique des partis, écrit dimanche la «SonntagsZeitung».

Le Credit Suisse n’a pas voulu confirmer la mise en place d’un nouveau modèle de répartition du financement aux partis. Un porte-parole de la banque renvoie au rapport annuel prévu fin mars.

En revanche, des représentants de partis ont confirmé qu’ils ont été contactés par la grande banque sur ce projet. «Le PBD a été questionné par le Credit Suisse et le modèle nous a été présenté», a indiqué le président démissionnaire du PBD Hans Grunder. Selon lui, les dons doivent être distribués à tous les partis selon une clé de «répartition déterminée».

Président des Verts, Ueli Leuenberger donne davantage de détails. Selon lui, le montant des dons de la banque sera fonction de «la force des groupes parlementaires et de la représentation au sein des parlements cantonaux».

Il y a trois semaines, le groupe Raiffeisen a instauré un nouveau système de dons, répartis selon le nombre d’élus au Conseil national et au Conseil des Etats. Au total, la banque coopérative verse aux partis presque 250’000 francs par an.

Accueil positif

Le projet du CS est accueilli positivement par les partis. «Cela va dans la direction de davantage de transparence» et c’est donc positif, a commenté Hans Grunder. La direction du parti décidera sous peu si il va accepter cet argent sous ces conditions.

Le président démissionnaire du PLR Fulvio Pelli, a déclaré que son parti n’a pas été informé de ce projet du CS. Par principe, il se dit favorable à un tel modèle car «ainsi le financement des partis reste privé».

Pour les grands partis bourgeois, il importe de ne donner aucune contrainte aux entreprises sur la manière dont elles effectuent leurs dons et sur leurs bénéficiaires. «Elles doivent le faire comme elles veulent», souligne M. Pelli. «Il n’y a aucune règle du jeu.»

Conflit d’intérêts

Le président du PDC Christophe Darbellay est du même avis. «C’est l’affaire du CS de décider comment il veut soutenir les partis dans un système de milice sans financement public des partis, lesquels dépendent des dons de membres, de sympathisants et de l’économie.»

Ce projet du CS risque de poser problème aux partis du Parlement qui se montrent plutôt hostiles aux intérêts des banques suisses jusqu’à maintenant. «Nous devrons réfléchir et nous demander si nous allons accepter de l’argent d’une grande banque», signale M. Leuenberger. La direction des Verts se déterminera bientôt.

Il ajoute que «lorque de grandes entreprises disent que les partis utilisent leurs dons pour le maintien de la démocratie en Suisse, c’est tout à fait différent que si l’arrière-pensée est: ’Nous donnons de l’argent et les partis doivent danser sur la musique des banques’».

Selon la «SonntagsZeitung», le CS pourrait répartir un million de francs par année pour financer les partis. (ats/nxp)

(Créé: 04.03.2012, 15h01)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

La Suisse devrait-elle se montrer plus souple avec les migrants à sa frontière avec l'Italie?

Oui

 
14.6%

Non

 
80.0%

Je ne sais pas

 
5.4%

2868 votes au total

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

La Suisse devrait-elle se montrer plus souple avec les migrants à sa frontière avec l'Italie?

Oui

 
14.6%

Non

 
80.0%

Je ne sais pas

 
5.4%

2868 votes au total