Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 15:10

Initiative Des autoroutes pour les vélos

Pro Velo demande que la Confédération soutienne mieux la petite reine et réserve des voies rapides rien que pour elle.

Sur les pistes rapides destinées aux vélos à Copenhague, les cyclistes ont la priorité.

Sur les pistes rapides destinées aux vélos à Copenhague, les cyclistes ont la priorité. Image: Slim Allagui/AFP

N’en fait-on pas trop pour les vélos?

20 km

C’est la distance quotidienne maximale que les Danois parcourent quand ils empruntent des voies rapides réservées aux bicyclettes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le vélo doit-il figurer dans la Constitution? Jean-François Steiert, conseiller national (PS/FR) et président de Pro Velo Suisse, en est plus que persuadé: «Nous cherchons actuellement des soutiens extérieurs afin de lancer une initiative populaire dans ce sens au printemps prochain.» Mais, en filigrane du soutien à la petite reine inscrit dans une loi fondamentale, se dessinent des avantages plus concrets: obtenir plus d’argent de la Confédération.

«On peut imaginer, à l’instar de ce qui se fait aux Pays-Bas et au Danemark, de construire des voies rapides destinées uniquement aux vélos. Elles permettraient de relier par exemple Pully à Renens (VD) sans avoir besoin de poser le pied à terre», explique de son côté Stéphane Bolognini, président de Pro Velo Lausanne. Des autoroutes pour les vélos un peu partout en Suisse? Le projet a déjà retenu l’attention de l’Association transports et environnement (ATE). «Sans attendre une décision formelle de notre comité, je peux affirmer que l’ATE soutiendra pleinement l’initiative populaire, assure Gerhard Tubandt, porte-parole de l’ATE. Les autoroutes pour vélos sont une nécessité.»

«Il ne nous appartient pas de commenter la pertinence d’une inscription dans la Constitution, commente de son côté Yann Gerdil-Margueron, porte-parole de la Direction genevoise de la mobilité. Par contre, nous ne pouvons que saluer toute démarche en faveur de la mobilité douce dans le cadre de la réflexion multimodale que nous menons actuellement.»

Quant à Olivier Français, municipal lausannois et conseiller national (PLR/VD), pourtant défenseur des mobilités douces, il estime que le projet de Pro Velo n’est pas réaliste. «Il n’y a pas de raison d’inscrire une loi fondamentale dans la Constitution. Il faut laisser le Parlement légiférer sur la circulation routière. Quant à des «autoroutes pour vélos» comme au Danemark, pour des raisons, entre autres, de coûts, elles ne sont pas d’actualité.» (Le Matin)

(Créé: 12.11.2012, 07h35)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.