Vendredi 26 mai 2017 | Dernière mise à jour 02:37

Assurance maladie Des milliers de frontaliers en situation irrégulière

Près de 8000 personnes domiciliées en France doivent exercer leur droit d'option avant le 30 septembre.

Dès octobre prochain, «nous ne laisserons personne travailler en Suisse sans que nous sachions où cette personne est assurée», a souligné Mauro Poggia.

Dès octobre prochain, «nous ne laisserons personne travailler en Suisse sans que nous sachions où cette personne est assurée», a souligné Mauro Poggia. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des milliers de frontaliers travaillant dans le canton de Genève n'ont pas encore régularisé leur situation concernant leur assurance-maladie. Mardi, le canton de Genève leur a lancé un dernier appel à formellement choisir entre le système français et le système suisse.

Les personnes qui n'auront pas exercé leur droit d'option avant le 30 septembre 2017, en remplissant le formulaire ad hoc, seront transférées d'office à la Lamal après cette date, a averti le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia. L'affiliation selon le lieu de travail résulte d'un accord franco-suisse conclu en juillet 2016.

Pour les travailleurs frontaliers dont les frais de santé sont couverts en France par la Sécurité sociale, les conséquences pourraient être terribles. Les assurances suisses seraient en droit de leur réclamer des arriérés de primes pouvant remonter jusqu'à 5 ans dans les cas les plus extrêmes.

Dernier avertissement

Le canton de Genève a lancé pour la dernière fois une campagne d'information afin d'éviter aux milliers de personnes concernées d'être plongées dans des problèmes inextricables dès le mois d'octobre prochain.

Il y a tout d'abord la catégorie des travailleurs de nationalité «européenne» résidant en France ainsi que leurs familles. Environ 100'000 d'entre eux ont exercé leur droit d'option, alors que 8000 n'ont toujours pas fait la démarche. Des courriers vont être envoyés à leurs employeurs afin de les avertir du danger.

Il y a ensuite le cas des Suisses qui habitent en France mais travaillent à Genève et n'ont pas rempli le formulaire permettant d'opter de façon irrévocable entre le système d'assurance français et la Lamal suisse. Des milliers de personnes seraient dans cette situation, mais leur nombre exact n'est pas connu.

Pas d'exception

Dès octobre prochain, «nous ne laisserons personne travailler en Suisse sans que nous sachions où cette personne est assurée», a souligné Mauro Poggia. Le responsable du département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) a aussi rappelé que nul n'est censé ignorer la loi.

Ce problème d'assurance-maladie des travailleurs frontaliers n'est pas limité à Genève. Toute la Suisse est concernée. «Nous avons averti nos homologues romands des démarches que nous entreprenions» dans ce contexte, a fait savoir le porte-parole du DEAS Laurent Paoliello.

(ats/nxp)

Créé: 02.05.2017, 13h15


Sondage

Aimeriez-vous travailler à temps partiel?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.