Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 19:56

Sondage Deux Suisses sur trois soutiennent l'accord fiscal avec l'Allemagne

Malgré la controverse sur les CD de données bancaires volées, les Suisses soutiennent l'accord fiscal signé avec l'Allemagne. Ils sont 69,8% à l'approuver, selon un sondage publié par la SonntagsZeitung.

En septembre 2011, Eveline Widmer-Schlumpf et le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble ont signé l'accord fiscal.

En septembre 2011, Eveline Widmer-Schlumpf et le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble ont signé l'accord fiscal. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Malgré la controverse sur les CD de données bancaires volées, les Suisses soutiennent l'accord fiscal signé avec l'Allemagne. Ils sont 69,8% à l'approuver, selon un sondage représentatif publié par la SonntagsZeitung. Seuls 21,1% des personnes interrogées rejettent l'objet qui sera probablement soumis au peuple le 25 novembre prochain.

L'Union démocratique du centre (UDC) et le Parti socialiste (PS), très critiques envers l'accord, vont devoir mieux expliquer leur position à leurs membres, a relevé le journal dominical alémanique. Selon le sondage, les sympathisants de l'UDC approuvent l'accord fiscal à une majorité de 56% alors que ceux du PS y sont favorables à 70,8%. D'ailleurs, des voix s'élèvent dans les deux partis pour demander une révision des mots d'ordre.

La population soutient également la voie choisie par le Conseil fédéral et la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. Une majorité est favorable à l'assouplissement du secret bancaire à l'intérieur du pays: 59,4% des personnes interrogées veulent que le secret bancaire soit levé en cas de soupçons de grave soustraction fiscale.

Pas admissible

Pour sa part, le secrétaire d'Etat Michael Ambühl a déclaré à laSonntagsZeitung que «l'acquisition active d'un CD de données bancaires volées n'est pas admissible». Selon lui, l'accord fiscal avec l'Allemagne ne permet que l'acquisition passive de données bancaires en provenance de Suisse. «Cela signifie que l'achat, qui est toujours actif, n'est pas possible», a-t-il souligné.

Pour Michael Ambühl, la formulation du traité avec l'Allemagne a été «clairement et consciemment choisie de cette manière». Il conteste le reproche selon lequel la Suisse a laissé tomber ce point lors des négociations menées avec son grand voisin germanique. Il faut déplorer que les règles adoptées ne soient pas appliquées par tous les Länder allemands avant leur entrée en vigueur, a-t-il néanmoins reconnu.

Ce qui est décisif, c'est que les deux parties soient unanimes que l'achat de tels CD soit supprimé après l'entrée en vigueur de ces dispositions, a observé le secrétaire d'Etat. Et cela déjà parce que tous les contribuables allemands avec un compte en Suisse auront régularisé leur situation fiscale et qu'un CD n'aura plus de valeur.

Celui qui rejette l'accord ouvre la voie à la vente de CD: l'achat conduit à une incertitude des résultats ponctuels relevant du hasard au lieu d'une justice pour tous, a plaidé Michael Ambühl. Il n'est cependant pas possible de garantir que des employés de banque criminels ne mettent pas de données sur le marché mais «on espère toutefois que les banques vont tout entreprendre afin d'empêcher les vols de données». (ap/nxp)

(Créé: 22.07.2012, 08h50)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.