Vendredi 2 décembre 2016 | Dernière mise à jour 20:33

Crise en Syrie Didier Burkhalter reçoit Navy Pillay

La Haut Commissaire de l’Onu aux droits de l’homme a été reçue jeudi à Berne par le chef de la diplomatie suisse pour parler de la Syrie. Berne veut que les enquêtes pour violations des droits humains aboutissent.

Navy Pillay et Didier Burkhalter ce jeudi à Berne.

Navy Pillay et Didier Burkhalter ce jeudi à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Navy Pillay et Didier Burkhalter ont réaffirmé leurs préoccupations face «aux violences dont les civils continuent d’être victimes en Syrie», selon le communiqué du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Si des crimes contre l’humanité ont été commis, les deux parties rappellent qu’il est fondamental que «des enquêtes en vue de poursuivre tous les auteurs présumés de violations soient menées».

Ils ont aussi répété l’importance que tous les points du plan présenté par l’envoyé spécial Kofi Annan soient mis en oeuvre immédiatement par l’ensemble des acteurs du conflit syrien. Didier Burkhalter et Navy Pillay veulent notamment que la mission d’enquête puisse remplir son mandat et que le Conseil de sécurité de l’Onu défère la situation à la Cour pénale internationale (CPI).

Début juin, Navy Pillay avait dit craindre «un conflit total» en Syrie. Choquée par le massacre les 25 et 26 mai à Houla, elle avait affirmé que ces actes «équivalent à des crimes contre l’humanité». Elle avait demandé aux autorités de Damas de donner accès à la Commission d’enquête internationale et appelé déjà le Conseil de sécurité à envisager de saisir la CPI, position également défendue par la Suisse.

Réélection saluée

Berne a aussi profité jeudi de sa visite pour saluer la réélection le 24 mai dernier de Navy Pillay pour deux ans à la tête du Haut Commissariat de l’Onu aux droits de l’homme, sur recommandation du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon.

Le Haut-Commissariat de l’ONU est un partenaire important pour la Suisse et sa politique des droits humains, a rappelé jeudi le DFAE. La Suisse compte parmi les principaux donateurs de cette institution, avec 2,4 millions de francs accordés l’année passée.

Cette manne financière permet d’assister le Haut Commissariat dans la réalisation de ses objectifs, a relevé le DFAE. Par exemple répondre aux défis en matière de droits humains, appuyer les institutions nationales ad hoc ainsi que les organisations académiques, de recherches ou de la société civile dans le monde. (ats/nxp)

(Créé: 14.06.2012, 17h03)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.