Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 16:38

Résidences secondaires Doris Leuthard donne une leçon à un sénateur UDC

This Jenny s'en est pris à la conseillère fédérale coupable d'avoir décrété un arrêt des constructions au soir de la votation. Réplique cinglante de la magistrate.

Doris Leuthard n'a pas voulu sortir sa chaise longue et attendre pendant deux ans que le parlement traite de l'initiative Weber.

Doris Leuthard n'a pas voulu sortir sa chaise longue et attendre pendant deux ans que le parlement traite de l'initiative Weber. Image: Archive/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il ne faut pas trop chercher des poux à Doris Leuthard. La conseillère fédérale a la réplique cinglante, enrobée d'un charmant sourire, pour remettre à sa place son contradicteur. This Jenny, le sénateur trublion patenté de l'UDC, en a eu un aperçu ce matin au Conseil des Etats.

La Chambre haute a en effet parlé de l'initiative sur les résidences secondaires acceptée par le peuple en mars dernier. L'occasion pour plusieurs sénateurs bourgeois de manifester leur mécontentement.

«Une spirale économique mortelle»

Le conseiller aux Etats Jean-René Fournier (PDC/VS) a certes dit qu'il respectait la volonté populaire mais il n'a pas caché le fond de sa pensée: «L'acceptation de l'initiative, couplée avec la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire, va déclencher une spirale économique mortelle».

This Jenny (UDC/GL) a lui attaqué bille en tête Doris Leuthard. Que reproche-t-il à la conseillère fédérale? D'avoir décrété au soir de la votation un arrêt des constructions alors que l'initiative Weber entre en force, selon lui, seulement à la fin de l'année. «Pourquoi vous montrez-vous plus restrictive? Il y a des pertes d'emploi à la clé. Ce sont des questions existentielles pour les régions de montagne. Dans l'arrière pays glaronnais, les résidences vont tomber en ruine»

«Je dois vous réprimander M.Jenny»

Doris Leuthard ne laisse pas passer l'attaque. Et elle réplique de façon cinglante, un charmant sourire carnassier aux lèvres. «Je dois vous réprimander M.Jenny. Vous n'avez pas compris que l'article constitutionnel entre immédiatement en force avec l'acceptation par le peuple d'une initiative. Il y a certes un débat juridique pour savoir ce qui se passe pendant la phase intermédiaire jusqu'en 2013.»

«Voilà pourquoi, vu l'incertitude, nous recommandons, j'insiste sur ce mot, un moratoire aux communes. Libre à elles de l'accepter ou non. Mais elles doivent en assumer les risques élevés». Quels sont-ils? Des recours contre l'autorisation de construire délivrée. Ou une autorisation délivrée en 2012 et qui devient caduque en 2013.

Leuthard porte l'estocade

Doris Leuthard porte ensuite l'estocade. «J'aurais pu faire ce que me recommandaient les régions de montagne au début, à savoir ne rien faire pendant deux ans avant que le Parlement traite de l'initiative. J'aurais pu me mettre sur une chaise longue et attendre. J'ai estimé qu'il fallait au contraire clarifier les choses le plus vite possible pour lever les incertitudes.»

La conseillère fédérale appelle les opposants à l'initiative à la raison. «Nous avons reçu du peuple l'addition de notre politique (insuffisante) d'aménagement du territoire. »

(nxp)

(Créé: 30.05.2012, 10h42)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.