Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 20:04

Résidences secondaires Doris Leuthard répond aux présidents de communes valaisannes

La conseillère fédérale a répondu lundi soir à Sierre aux questions des présidents des communes valaisannes concernant l'initiative Weber. Elle leur a apporté un certain soutien.

Doris Leuthard: «Je ne peux pas changer la votation populaire.»

Doris Leuthard: «Je ne peux pas changer la votation populaire.» Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Doris Leuthard a apporté un certain soutien en insistant sur le respect de la volonté populaire lors d'une rencontre à Sierre, en Valais, avec les présidents de communes.

La discussion est importante, a déclaré la conseillère fédérale à l'issue d'une rencontre de près de deux heures. La ministre de l'environnement a dit comprendre les incertitudes actuellement rencontrées par les communes.

Les exécutifs communaux valaisans veulent surtout savoir si des autorisations de construire peuvent être délivrées jusqu'à la fin de l'année.

Attendre l'ordonnance

Ils ont aussi fait part de leurs inquiétudes sur la manière dont sera considéré le bâti, sur la notion de 20% de résidences secondaires ou encore sur les actuelles oppositions des partisans de l'initiative aux demande d'autorisation de construire.

Doris Leuthard a recommandé aux communes d'attendre l'ordonnance. Mais elle a précisé que les communes pouvaient délivrer des autorisations de construire, au risque qu'elles soient annulée par un tribunal. Elle a partagé les préoccupations concernant les emplois en précisant que la marge de manoeuvre est faible.

«Je ne peux pas changer la votation populaire», a dit Doris Leuthard. Mais certaines mesures pourront être prises pour en diminuer les effets sur l'emploi. Elle a évoqué la définition des résidences secondaires en précisant qu'il était trop tôt pour préciser ces mesures.

La conseillère fédérale a en revanche été claire sur les constructions existantes. A son sens elles ne doivent pas être concernées par le nouvel article constitutionnel. (ats/nxp)

(Créé: 21.05.2012, 22h06)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.