ACCUEIL 31.5.2016 Mis à jour à 13h50

En guest surprise: la haine antifrontalière

Paléo

Lors du concert de Stromae, la foule s’en est massivement prise aux Français.

Par Cléa Favre. Mis à jour le 25.07.2014 231 Commentaires

1/10 L'inclassable Stromae a fait sensation mercredi soir au Paléo Festival devant une foule conquise d'avance.(23 juillet 2014)
Image: Keystone

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La xénophobie anti-hexagonale s’est-elle généralisée en Suisse ces derniers temps? Mardi soir, le concert de Thirty Seconds to Mars sur la plaine de l’Asse n’était qu’une prémice de ce qui allait se passer le lendemain. Quand le chanteur, Jared Leto, a pris le micro et demandé s’il y avait des Français dans le public, les spectateurs ont immédiatement crié à l’unisson: «Bouhou!» Peu de personnes concernées ont donc osé répondre à la question.

Huées et sifflets

Lors de la performance de Stromae mercredi soir, cette réaction hostile a pris une toute autre ampleur. L’artiste de 29 ans – dont le service de presse a opposé une fin de non recevoir à la sollicitation du «Matin» – a visiblement été dépassé par la situation. Sensibilisant avec humour le public à l’affront pour un Belge de l’appellation «French fries», Paul Van Haver a à son tour interrogé les spectateurs pour savoir si des frontaliers assistaient au concert. En réponse, les huées et sifflets d’une foule de près de 50 000 personnes avaient de quoi impressionner, voire faire froid dans le dos, alors qu’un groupe d’adolescents hurlait: «Bouhou les frontaliers!» ou encore «Ce sont des pédés, les frontaliers!»

Même s’il n’a duré que quelques secondes, cet épisode semble le symptôme d’un sentiment antifrançais renforcé et décomplexé. David Talerman, président de la société Expatwire et auteur du livre «Travailler et vivre en Suisse» chez Vitrac éditeur, constate cette évolution depuis environ un an et demi. «Sans compter que la votation du 9 février a peut-être encore plus délié les langues», réagit-il. «J’ai davantage de retours négatifs de Français travaillant et/ou habitant en Suisse. Ce sont des petites choses, des remarques, des idées reçues, des points de vue assez limites. Comme par exemple, se faire appeler «le frouze». Mais cela suffit à vous faire comprendre que vous êtes étranger. Cette stigmatisation n’est pas nouvelle, mais a grandi.»

Daniel Rossellat, directeur du festival et syndic de Nyon, ne fait pas la même lecture de ce dérapage. A ses yeux, il n’était pas teinté de haine. «C’est un comportement un peu chauvin proche de l’esprit des supporters de football qui est suscité par ce genre de questions des artistes. Cela aurait pu arriver pour les Genevois ou les Valaisans. Il n’y avait pas d’agressivité. C’était un public tout à fait adorable.»

Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme, n’était pas au concert. Mais pour elle, une telle réaction de rejet est un vrai problème. «C’est le fruit du travail de certains partis comme le MCG qui ne permet pas de vivre en bonne intelligence. La votation à Genève sur les parkings-relais en mai dernier constitue aussi clairement une expression de cette tendance anti-frontaliers», regrette-t-elle. (Le Matin)

Créé: 25.07.2014, 08h19

231

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

231 Commentaires

André Ronchi

25.07.2014, 08:36 Heures

Mme Brunschwig ferait mieux de se poser la question pourquoi les Suisses commencent sérieusement à détester les Français. La réponse les membres du gouvernement qui n'en loupe pas une pour dénigrer notre pays, alors le peuple se venge là où il peut ne pouvant atteindre les arpettes aux manettes du pouvoir. Répondre


Vincent Durand

25.07.2014, 08:46 Heures

Je crois surtout que le Matin fait d'un petit rien, une grande cause. Je vais souvent au Québec, et je vous assure que les mêmes questions auraient provoqué les mêmes réactions. C'est plus un "jeu" effet de masse, que de réelles pensées xénophobes. Exemples : Les Corses auraient sifflés les Métropolitains, les Ecossais auraient sifflés les Anglais, Les Canadiens auraient sifflés les Américains... Répondre



Sondage

Comment qualifiez-vous le tunnel du Gothard?





Sondage

Etes-vous choqué que Swisscom offre un traitement de faveur aux parlementaires?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne