Samedi 27 août 2016 | Dernière mise à jour 18:46

Prévention Encore trop d'accidents sur le chemin de l'école

Avant la rentrée, le TCS lance une campagne de sensibilisation destinée autant aux automobilistes qu’aux têtes blondes.

De par leur petite taille, souvent les enfants ne voient même pas les voitures qui approchent.

De par leur petite taille, souvent les enfants ne voient même pas les voitures qui approchent. Image: Patrick Pleul/DPA/Keystone

L'affiche de la campagne de prévention du TCS. (Image: TCS)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chaque jour scolaire, plus d’un enfant est victime d’un accident de la circulation sur le chemin de l’école. Certains sont légèrement blessés, mais d’autres décèdent. Pour sensibiliser les automobilistes et les têtes blondes aux dangers de la route, le Touring Club Suisse (TCS) lance aujourd’hui une campagne nationale de prévention intitulée «Stop avant le choc, ralentir ne suffit pas.»

Sur l’affiche, un mythique Playmobil habillé en patrouilleur scolaire stoppe les voitures à un passage piéton. «On fait appel à l’imaginaire pour rappeler aux automobilistes qu’ils ont aussi été des enfants», explique Moreno Volpi, porte-parole du TCS. «Ainsi, on attire l’attention des enfants, qui jouent encore avec les Playmobil, mais aussi des adultes. C’est un pont entre les générations.» Et un moyen plus efficace de toucher toute la population qu’une campagne très choc.

Le slogan, «Stop avant le choc», se veut, quant à lui, plus percutant. «Et amène le message que nous voulons faire passer, à savoir qu’il faut immobiliser son véhicule lorsque l’on laisse traverser un enfant, ajoute Moreno Volpi. Trop souvent les conducteurs se contentent de ralentir ou de faire des appels de phares.» Or, lors des cours d’éducation routière dispensés par la police, les écoliers apprennent qu’ils peuvent s’aventurer sur la chaussée uniquement lorsque les roues du véhicule ne tournent plus.

Accompagner son enfant

«Se rendre à l’école à pied est très important pour les enfants. Non seulement c’est sympa de faire la route avec les copains, mais ça leur apprend aussi le comportement à adopter», rappelle Magali Dubois, du Bureau de prévention des accidents (bpa). Malgré tout, ce n’est que vers l’âge de 5 ou 6?ans que les enfants réalisent ce qu’est un danger. Et ils ne prennent conscience qu’à 8?ans qu’un comportement peut être dangereux. Sans compter que de par leur petite taille, ils ne voient souvent même pas les voitures. Ils sont d’ailleurs «en faute» dans 46% des accidents; dans 34% ce sont les véhicules et dans 20% les torts sont partagés.

Ainsi, pour aider les têtes blondes, surtout celles qui commencent l’école, il est recommandé aux parents de faire le trajet avec eux quelques fois. «Ça les rassure, mais leur permet aussi de les rendre attentifs aux passages dangereux, ajoute Magali Dubois. Pour les parents qui manquent de temps, qu’ils se renseignent auprès des voisins si un système d’accompagnement est mis en place dans le quartier.»

Si la prévention ne convainc pas les automobilistes à adapter leur comportement, qu’ils sachent que les polices mettent régulièrement en place des contrôles et radars sur les chemins et abords des écoles. Et c’est compter sans les amendes et peines encourues en cas d’accident.

(Le Matin)

(Créé: 08.08.2012, 23h04)

Sondage

Vous sentez-vous indisposé par le port du burkini?




Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.