Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 23:36

Avalanches «Faites gaffe!» disent les pros

La situation est si critique que même les professionnels ne se risquent guère hors piste. Et la suite de la saison ne s’annonce pas plus sûre.

Pour ne pas se retrouver dans une telle situation, il faut bien étudier le bulletin d’avalanches et apprendre à savoir renoncer.

Pour ne pas se retrouver dans une telle situation, il faut bien étudier le bulletin d’avalanches et apprendre à savoir renoncer. Image: Lee Cohen/Corbis

Cet hiver, la montagne vous fait-elle peur?

(Image: DR)

7 morts en 5 jours!

26 décembre
Un Irlandais de 27 ans près de Realp (UR) et un Suisse de 50 ans à Saint-Moritz (GR).

29 décembre
Un Valaisan de 31 ans dans le val Ferret (VS) et un Vaudois
de 58 ans vers Anzeindaz (VD).

30 décembre
Un Valaisan de 36 ans à Arolla (VS), un Français de 27 ans
à Orsières (VS) et un homme de 50 ans à Davos (GR).

Le sac avalanche pour s'en sortir?

Ce n'est pas la solution miracle

Inventés en 1985, les sacs équipés de l’Avalanche Airbag System ne poussent massivement sur le dos des skieurs non professionnels que depuis quelques saisons. La plupart des freeriders en sont équipés. Tout comme les pisteurs des grandes stations. Le prix de cet équipement – censé vous maintenir en surface lors d’une avalanche dans 90% des cas ou vous ménager une poche d’air dans les autres – est de 700 à 1000 fr. Le célèbre freerider Dominique Perret n’en utilise pas. «Car on doit pour l’instant le déclencher soi-même une fois qu’une avalanche est partie. Or, en ces instants où tout va très vite, je préfère essayer de skier hors de l’avalanche plutôt que de déclencher l’ABS, qui va illico me faire chuter pour me permettre ensuite éventuellement de rester en surface, mais avec le risque de percuter un rocher ou de basculer du haut d’une barre rocheuse.» Un nouveau modèle se déclenchant automatiquement une fois véritablement pris dans la coulée est actuellement à l’étude.

Un skieur portant un sac équipé de l'Avalanche Airbag System. (Image: AFP Jean-Pierre Clatot)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sept victimes en seulement cinq jours! La «mort blanche» ne cesse de frapper depuis le début de saison dans les Alpes suisses. A tel point que l’Association suisse des guides de montagne tient une conférence de presse de prévention ce matin. La faute d’une situation nivologique catastrophique, qui a malheureusement très peu de chances de s’améliorer avec le temps.

«C’est un peu comme s’il y avait des roulements à billes sous la couche de neige récente, vulgarise le spécialiste Robert Bolognesi. On risque des avalanches de plaque, souvent déclenchées par les skieurs eux-mêmes, et ce davantage encore sur les versants du secteur nord. Il faudra être attentif tout l’hiver!» A moins que, jusqu’en altitude, une période de froid ne succède à une période de chaleur idéalement pluvieuse. A ce moment-là, les «roulements à billes» retrouveraient une meilleure cohésion grâce au regel. Mais cette configuration est malheureusement très peu probable.

Ne pas chercher les ennuis inutiles

Les freeriders eux-mêmes, qui passent la majeure partie de leur temps dans les combes et couloirs enneigés, ne s’y trompent pas. Face à ce «début de saison hyperpiégeux», la Vaudoise Géraldine Fasnacht a même choisi de s’offrir quelques jours d’aventure loin de la neige, en Ethiopie! A Verbier, Dominique Perret ne quitte carrément pas les pistes balisées. «En dehors, je trouverais au mieux des cailloux et au pire des avalanches. Bref, ce serait chercher des ennuis inutiles. Le pire est que tout l’hiver sera délicat et frustrant, contrairement au précédent, qui fut idéal en termes de quantité de neige et de stabilité du manteau. Cette saison, il faudra être très prudent!»

Pas le fort des touristes lambda, qui ont peu de temps devant eux pour étancher une soif de poudre souvent peu raisonnable. D’autant qu’ils ne possèdent pas toujours les connaissances en adéquation avec pareille ambition! «Je leur conseille de bien analyser le bulletin d’avalanches avant de se lancer dans une pente, de se renseigner auprès de professionnels de la montagne ou même de se faire accompagner par un guide», insiste Xavier de Le Rue. Le quadruple vainqueur de l’Xtreme de Verbier, qui a survécu à une grosse avalanche du côté d’Orsières en 2008, a tout simplement préféré s’expatrier dans les Pyrénées en cette fin d’année. Là-bas, la situation est meilleure.

Savoir utiliser son matériel

Anne-Flore Marxer, quatrième meilleure snowboardeuse de tous les temps d’après un magazine spécialisé, a choisi de son côté de «se faire les cuisses» sur les pistes de Crans-Montana en ce début de saison. «Le hors-piste est hyperdangereux en ce moment. Il est plus intelligent de ne pas prendre de risque inconsidéré.» La jeune championne conseille à ceux qui s’y risqueraient malgré tout de le faire équipés du fameux trio pelle-sonde-détecteur de victime d’avalanche, mais aussi «de savoir s’en servir»! Elle recommande aussi le fameux sac ABS équipé d’airbags déclenchables par le skieur, censé le maintenir hors de l’avalanche.

Dominique Perret ne voit pas encore dans cette technologie la solution présentée par beaucoup comme miracle (lire encadré). «Tout au moins pas tant que son déclenchement ne se fait pas automatiquement une fois emporté par l’avalanche.» Le vétéran du freeride, qui a déjà été pris dans une grosse coulée, estime qu’en Suisse le niveau d’équipement est bien supérieur au niveau de connaissances. «Les gens feraient mieux d’investir dans une formation avant de s’acheter le sac dernier cri. Cette saison, il leur faudra savoir renoncer ou changer leur plan même si la poudreuse les appelle!» (Le Matin)

(Créé: 03.01.2014, 06h17)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.