Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:27

Armée Federer dit non à l’utilisation politique de son image

Dans le cadre de sa campagne pour l’abrogation du service militaire, le GSsA a utilisé l’image de Roger Federer sans son accord. Le groupe s’en est tiré en s'excusant. Explications.

Le visuel qui a plu ni au journal <i>Der Bund</i>, ni à l'avocat de Roger Federer.

GSsA

Un Suisse sur trois opposé à l’armée?

Ce n’est pas la première fois que la population suisse est appelée à s’exprimer sur l’armée en général ou le service militaire en particulier.

En 1989, l’initiative «Pour une Suisse sans armée et pour une politique globale de paix», déjà lancée par le GSsA, avait obtenu 35,6% de votes favorables. Ce résultat avait fait l’effet d’un coup de tonnerre: plus d’une Suisse sur trois avait dit non à l’armée!

En 2001, les Suisses s’étaient aussi exprimés sur deux nouvelles initiatives du GSsA: soit «Pour une Suisse sans armée» et «Pour un service volontaire pour la paix». La première a été rejetée par 78,1% des suffrages et la seconde par 76,8%.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un fait: Roger Federer, icône du tennis mondial, n’a pas fait son service militaire obligatoire. Il a été déclaré «inapte».

Jeudi 25 juillet, le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) voulait faire un coup en distribuant des tracts à Gstaad lors de l’entrée en lice du champion de tennis. Il a aussi largement diffusé l’image via les réseaux sociaux et entendait encore publier un encart publicitaire dans Der Bund, le quotidien bernois.

Mal lui en a pris! Der Bund s’est inquiété des droits d’utilisation de cette image à des fins politiques et a refusé sa publication. «C’est vrai, nous aurions dû demander l’autorisation à l’intéressé. Nous pensions qu’il était d’intérêt public de le faire savoir. Cela démontre le caractère illusoire de l’obligation de servir», explique Tobia Schnebli, le porte-parole romand du GSsA.

Le GSsA a voulu faire un coup!

La votation du 22 septembre 2013 s’approche à grand pas et l’initiative du GSsA «Pour l’abrogation du service militaire obligatoire», soutenue par une coalition de gauche (PS et Verts), tarde à susciter le débat pendant le creux de l’été. Du coup, le GSsA avoue avoir voulu faire un coup!

Mais le droit à l’image a ses règles et l’avocat de Roger Federer l’a rappelé aux membres du GSsA. «Nous avions certes acquis les droits de la photo, mais son utilisation dans un contexte politique nécessite le consentement explicite de Roger Federer. Nous ne l’avions pas fait! Après discussion avec son avocat, nous nous sommes excusés. L’affaire en reste là», explique Stefan Dietiker.

Le secrétaire politique du GSsA Suisse a géré hier toute la journée la controverse avec les représentants du recordman de victoires en Grand Chelem (17 tournois).

Et les footballeurs pro

Sport d’élite et armée feraient-ils mauvais ménage? Ou y aurait-il une connivence qui permet à des sportifs de dribbler leurs obligations avec plus de facilité que pour tout autre jeune appelé? Le GSsA le pense et aurait aimé ironiser sur les valeurs formatives du service militaire…

«Sur les onze titulaires de l’équipe nationale de football qui a joué lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, seul deux d’entre eux ont été jugés aptes au service. Comme quoi!» glisse Tobia Schnebli. Selon ce dernier, le goût à la «chose militaire» évolue et devient aussi un fait culturel. Et de rappeler, par exemple, que les Romands et les urbains sont les moins aptes à l’armée.

Malheureusement, il a perdu!

Mais le GSsA ne veut plus de complications juridiques et ne pense pas utiliser l’image de la Nati ou d’autres sportifs professionnels pour servir son propos. «On devrait demander l’autorisation à chaque joueur. Et cette première expérience a été éprouvante. De plus, ce n’est sans doute pas notre action qui a perturbé Roger Federer, mais il a malheureusement perdu. Et au GSsA aussi, on est fans de Roger!» explique très sérieusement Stefan Dietiker. (nxp)

(Créé: 26.07.2013, 14h12)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.