ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 01h10

Feu vert pour la nicotine liquide

E-cigarette

Le Conseil fédéral s’apprête à libéraliser la vente de nicotine pour les vapoteurs. Le projet encore confidentiel prévoit les mêmes règles que pour les cigarettes.

Par Ludovic Rocchi. Mis à jour le 15.05.2014 39 Commentaires

Image: The Orange County Register

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le débat promet d’être chaud. Selon nos informations, le ministre de la Santé Alain Berset devrait soumettre ce mois encore au Conseil fédéral son projet de loi autorisant la vente de nicotine liquide en Suisse. Pour l’heure, les adeptes de la cigarette électronique doivent se fournir à l’étranger.

Ce marché gris via internet devrait donc cesser. C’est visiblement la volonté du ministre de la Santé, dont le projet prévoit de traiter les flacons de nicotine pour vaporette comme les cigarettes. Cette approche implique que des normes seront imposées pour les produits vendus en Suisse: qualité, taux de nicotine, etc. L’interdiction de fumer dans les établissements publics devrait aussi s’appliquer.

Interdit aux moins de 18 ans

Autre contrepartie à cette libéralisation: l’interdiction de vente aux moins de 18 ans devrait être généralisée, pour la nicotine à inhaler et les cigarettes. Jusqu’ici, les cantons étaient libres de fixer un âge limite. Alors que l’Union européenne et les Etats-Unis viennent de légiférer sur l’e-cigarette, la Suisse se devait d’agir. Mais les sujets de discorde ne vont pas manquer. Sur le fond, tout d’abord. Les pneumologues suisses se sont par exemple prononcés contre toute libéralisation du vapotage avec nicotine. Mais un large panel d’experts choisis par la Confédération recommande un régime d’autorisation contrôlé. C’est l’option que devrait retenir le Conseil fédéral.

«C’est une bonne nouvelle, juge Jean-François Etter, un des experts fédéraux. Favoriser le vapotage avec nicotine est positif pour la prévention du tabagisme». Le professeur de santé publique de l’Université de Genève s’est spécialisé dans l’e-cigarette. Il estime que la Suisse a tout intérêt à s’ouvrir aux nouvelles formes d’inhalation de nicotine, car c’est la combustion du tabac qui est un danger pour la santé. «Moins de 1% des fumeurs sont passés à la vaporette en Suisse, c’est très peu par rapport aux pays où la nicotine liquide est autorisée», argumente Jean-François Etter.

Pour promouvoir l’e-cigarette, l’expert prône des limitations plus souples pour l’âge, la publicité et la consommation dans les lieux publics. Le projet fédéral apparaît pour l’heure restrictif sur ces aspects. Deux autres points sont encore ouverts: quelle taxe (plus de 60% du prix du paquet pour les cigarettes) et quel taux limite de nicotine pour les vapoteurs? Là aussi, le choix dira à quel point on veut favoriser l’e-cigarette pour détourner les «vrais» fumeurs de leur clope. Pour l’heure, l’Office fédéral de la santé publique se refuse à tout commentaire sur le projet de révision de la loi sur le tabac qui va être soumis au Conseil fédéral puis au Parlement. (Le Matin)

Créé: 15.05.2014, 07h42

39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

39 Commentaires

Pierre Paul

15.05.2014, 08:37 Heures

La Confédération est-elle à la botte des lobbies pharma ?Alors qu'une réglementation devrait être basée sur des données scientifiques, la Suisse a décidé une approche plus originale. Réglementer un produit en se basant sur un questionnaire envoyé à 40 faux experts. Cette "étude" a été financée par l'OFSP et Big Pharma. Pire, une bonne partie des "experts" sont membres de la CFPT.Scandaleux ! Répondre


Serge Sudan

15.05.2014, 09:09 Heures

Vu les taxes énormes sur le produit, les e-liquides étrangers ont encore de baux jours devant eux ! Taxes sur tout : spécialités de la Suisse ! Répondre



Sondage

Préférez-vous le pain artisanal ou celui des grandes surfaces?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne