ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 08h36

Fronde généralisée contre l'initiative

résidences secondaires

Communes, cantons, milieux touristiques et régions de montagne font front commun pour combattre l'initiative contre la prolifération des résidences secondaires.

Mis à jour le 30.01.2012 33 Commentaires
Photo d'illustration.

Photo d'illustration.
Image: Keystone

Le texte de Franz Weber, en votation le 11 mars, est superflu, contre-productif et économiquement nuisible, à leurs yeux.

Les résidences secondaires constituent un facteur économique important, a fait valoir le président du Groupement suisse pour les régions de montagne Theo Maissen lundi devant la presse. Elles génèrent 1,5 milliard de francs pour le Valais, soit 12,6% de son PIB; pour les Grisons, il s'agit de près d'un milliard et de 10% du PIB.

L'initiative «pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires» sonnerait le glas de telles constructions dans trois quarts des communes grisonnes, d'après Theo Maissen. Il est illusoire de croire que les personnes en quête d'un appartement se tournerait davantage vers les hôtels.

Fuite des touristes

Les hôtes risquent plutôt de partir à l'étranger, a renchéri le conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR), président de la Fédération suisse du tourisme. L'initiative populaire va trop loin, posant des règles coercitives et trop rigides, d'après lui.

La problématique posée par les résidences secondaires et les lits «froids» (logements qui ne sont pas loués et restent vides) n'est pas contestée, a dit le Fribourgeois. Des mesures pour y faire face ont été prises, avec en particulier la révision de la loi sur l'aménagement du territoire, en vigueur depuis juillet.

Nombre de cantons ont également déjà pris des dispositions contre la prolifération de lits froids, a ajouté le conseiller d'Etat bernois Christoph Neuhaus (UDC). Berne a par exemple décidé de limiter l'augmentation des résidences secondaires non louées à 40% de la surface totale des logements.

Autonomie communale

Les réglementations décidées par les communes et les cantons sont plus efficaces que les directives abstraites émises par les services fédéraux, a-t-il jugé. Le maire de Saanen (la commune bernoise qui englobe Gstaad), Aldo Kropf, a lui aussi plaidé en faveur de dispositions différenciées tenant compte des diverses réalités des communes.

En fixant un taux maximal de 20% de résidences secondaires par commune, l'initiative restreindrait de manière inacceptable l'autonomie communale, a avertit le conseiller aux Etats Hannes Germann (UDC/SH), président de l'association des communes.

D'ailleurs, le plafond de 20% pourrait inciter les communes qui n'ont pas encore atteint la barre à construire d'autres résidences de vacances, selon lui. «Au lieu de limiter le mitage du territoire, l'initiative le favoriserait» donc, entrant en contradictions totale avec ses objectifs. (ats/Newsnet)

Créé: 30.01.2012, 12h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

33 Commentaires

Jérémie Lonfat

30.01.2012, 14:26 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Et bien moi je suis valaisan, j'habite proche de verbier,malheureusement je ne peux plus m'y rendre avec mes enfants pour skier, car en temps que bagnard je paie 50frs la demi journée de ski, de plus même pas la peine d'immaginer d'aller boire un verre ou manger un morceau dans un restaurant de la station, car on a pas des vaches à lait, moi je voterai oui à cette initiative = pour mes gamin Répondre


Arabella Romanche

30.01.2012, 12:32 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

La Suisse n'est pas à vendre ! Voulez-vous que le 80 % de son parc immobilier ne lui appartienne pas ? Crucial dilemne. Répondre



Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce