ACCUEIL 21.8.2014 Mis à jour à 02h36

Il y a 20 ans, la Suisse disait «non» à l'EEE

Anniversaire

Avant la votation du 6 décembre 1992, l'adhésion à la Communauté européenne était une évidence pour les milieux politiques, emplis de l'optimisme de l'époque. Aujourd'hui, l'Union européenne (UE) a beaucoup perdu de son attrait.

Mis à jour le 22.07.2012 27 Commentaires
Une manifestation après le «non» à l’Espace économique européen (EEE).

Une manifestation après le «non» à l’Espace économique européen (EEE).
Image: Keystone

Galerie Photos

Le 20e anniversaire du non à l'EEE

Le 20e anniversaire du non à l'EEE
Il y a eu un avant et un après 6 décembre 1992. Avant, l'UE suscitait l'enthousiasme. Aujourd'hui, elle a perdu de son attrait.

Articles en relation

Partager & Commenter

L’euphorie était sans bornes au début des années nonante: pour les milieux politiques et économiques, l’adhésion à la Communauté européenne (CE) était logique. Vingt ans plus tard, les rapports à l’Union européenne ont changé et la Suisse a vécu un profond changement de valeurs.

En mai 1992, le Conseil fédéral ne doutait pas encore de l’Europe. Dans son message sur l’Espace économique européen (EEE), il soulignait sans équivoque que l’adhésion à l’EEE n’est pas un objectif en soi, mais une étape intermédiaire vers l’adhésion à la CE. Ce faisant, sa politique a passé totalement à côté du peuple.

En 1991, les sondages donnaient encore une majorité en faveur de l’adhésion à la CE. La campagne contre l’EEE a toutefois renforcé le scepticisme de la population. L’analyse VOX de la votation du 6 décembre 1992 a montré que seul un tiers des électeurs auraient approuvé une adhésion à la CE.

Hédonisme provocant

L’UDC, encore un poids plume politique avec ses 11% d’électeurs, n’a pas inventé l’euro-scepticisme. Bien plus, le parti a su tirer profit d’une profonde méfiance de la population conservatrice des campagnes face à l’élite cosmopolite éduquée des villes, tournée vers l’hédonisme.

«La votation sur l’EEE était une réaction à la culture ’yuppie’ des années 80», estime le directeur de Demoscope Roland Huber dans un entretien avec l’ats. Cet institut de sondage évalue depuis 1974 les valeurs de la population dans le contexte du Climat psychologique de la Suisse (CPS).

Selon M. Huber, l’UDC a aussi su utiliser un mécontentement latent face à la «classe politique», dont la manière d’agir, aux yeux de beaucoup, passait notoirement à côté du peuple. Pour cette raison, il interprète le vote sur l’EEE comme une réaction au passé plutôt que comme un signal pour l’avenir.

C’est ainsi qu’il explique aussi le paradoxe apparent qui veut que le non à l’EEE marque le début d’une ouverture politique de la Suisse, qui culmine avec son adhésion à l’ONU en 2002. L’adhésion à l’OMC, le Partenariat pour la Paix avec l’OTAN et les accords bilatéraux I ne sont que quelques jalons de la politique extérieure jusqu’en 2002. Entretemps, le «oui» à la CE dépassait d’ailleurs par moments à nouveau le seuil des 50%.

Un tournant

C’était une époque d’un optimisme et d’une foi en l’avenir sans limites, laquelle a aussi reconnu les avantages économiques d’une intégration, explique Roland Huber. Parallèlement, l’UDC a su manipuler des ressentiments existants et creusé le fossé villes- campagne. Au début du nouveau millénaire, le vent a lentement commencé à tourner en sa faveur. Le tournant est venu avec les attaques terroristes à New York. L’incendie dans le tunnel du Gothard, la faillite de Swissair et la fusillade de Zoug ont aussi contribué à un sentiment d’insécurité généralisé. En 2001, les Suisses, toujours plus progressistes et ouverts au monde dans les enquêtes CPS de Demoscope, redécouvrent les anciennes valeurs.

Patriotisme et mentalité du «réduit» connaissent une renaissance. Une Suisse indépendante, une valeur que l’UDC manie depuis des lustres, devient courant normal. La recherche des propres racines a mis au jour un foklore qui a tout envahi, du hip-hop au tétrapack de lait. La nouvelle façon d’aborder l’existence s’appelle désormais «Swissness».

Retour sur terre

En même temps, l’UE a perdu de son attrait, devenant même une source d’irritation, selon Roland Huber. Au début du nouveau millénaire, même les milieux très progressistes se sont détournés de leur conviction en une intégration européenne plus forte. Les chances d’une adhésion sont tombées à zéro, tandis que l’UDC a pleinement puisé dans son potentiel pour frôler le seuil «magique» des 30% d’électeurs en 2007.

La crise financière de 2008 a consolidé cette évolution, mais l’a aussi un peu atténuée. La Suisse l’a traversée en grande partie sans dommage, ce qui, selon Roland Huber, a regonflé l’ego de sa population. En plus du conservatisme national, s’implante un certain conservatisme des valeurs.

Ces dernières années, Roland Huber observe un réalisme croissant à propos des possibilités qui s’ouvrent à la Suisse. Ce n’est pas l’isolement qu’on veut, mais une collaboration dont chacun tire profit, explique le directeur de Demoscope. Que cela nécessite de s’adapter à certaines règles du jeu n’est nullement problématique pour des Suisses qui affichent leur assurance. Selon un récent sondage, seuls 19% de la population souhaitent encore adhérer à l’UE. (ats/Newsnet)

Créé: 22.07.2012, 08h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

27 Commentaires

Pascal Bailly

22.07.2012, 08:36 Heures
Signaler un abus 38 Recommandation 0

Il n'y a plus que les inconscients qui souhaitent encore notre adhésion à cette pétaudière qu'est l'europe ! Répondre


Paul Martin

22.07.2012, 09:27 Heures
Signaler un abus 18 Recommandation 0

La Suisse est européenne et n'a pas besoin de l'Union Européenne pour s'en convaincre. La Suisse est membre du Conseil de l'Europe depuis 1963 et siège à Strasbourg depuis cette date, C'est l'Europe des consciences, l'Europe des libertés, la seule qui mérite notre intérêt. L'autre Europe, celle de l'UE, est une grosse bastringue économique empêtrée dans une crise et une administration colossale Répondre



Sondage

Faut-il admettre les squats en ville dans des lieux inoccupés?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne