Dimanche 28 août 2016 | Dernière mise à jour 20:47

Dauphins Importer du sperme pour contourner la loi

L’insémination artificielle permettrait de contourner l’interdiction d’importer des cétacés. Des voix s’élèvent contre cette pratique.

Image: Keystone

Doit-on tout faire pour avoir des dauphins en Suisse?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

?Le débat va faire rage demain au Conseil national: la Suisse doit-elle interdire l’importation de dauphins et de baleines? A cette question, la commission de la Chambre basse a déjà répondu par l’affirmative. Mais la nouvelle loi ne suffirait pas à sonner le glas de Connyland à Lipperswil (TG), le dernier des delphinariums de Suisse. Non, selon Andreas Morlok, responsable de ProWal, une organisation allemande de défense des cétacés, il faut aussi empêcher l’importation de sperme de dauphin.

«Actuellement, au delphinarium, il ne reste qu’une femelle, un bébé âgé de 3?mois et trois autres jeunes mâles.» La conséquence, selon l’activiste: «Une reproduction durable n’est donc pas possible. Il n’est pas exclu que du matériel génétique destiné à une insémination artificielle soit importé.» Le défenseur des animaux a encore ajouté dans Der Sonntag: «Il ne faut pas que le dernier dauphin femelle de Suisse soit utilisé comme machine à reproduction.»

Pour la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’libéraux/VD), qui avait déposé la motion visant à interdire l’importation de dauphins et de baleines, cette nouvelle donne n’a rien de loufoque. «Je vais en parler demain au Conseil national. Importer du sperme de dauphin, ce serait contourner l’esprit d’une nouvelle loi qui consiste à rendre impossible la détention de dauphins en Suisse.» Quant à la direction de Connyland, elle n’était pas joignable hier pour une prise de position.

«Un dauphin dans un delphinarium, c’est comme un tigre obligé de tourner en rond dans sa cage», a aussi estimé Isabelle Chevalley. Critiqué depuis de nombreuses années, Connyland avait été placé une nouvelle fois sous les feux de l’actualité en novembre dernier. Coup sur coup, deux dauphins mouraient alors dans des conditions étranges. La proximité d’une discothèque et ses décibels avait même été évoquée comme cause probable des décès. Mais le ministère public avait conclu que la mort était due à la prise d’antibiotiques causant des dommages au cerveau. Une analyse contestée par la direction, préférant la thèse de l’empoisonnement étayée par la découverte d’opiacés lors de l’autopsie. Erich Brandenberg, directeur du parc, a menacé de lancer un référendum si la nouvelle loi mettant en danger l’existence du delphinarium devait entrer en vigueur. (Le Matin)

(Créé: 28.05.2012, 09h07)

Sondage

Ne plus imposer des devoirs après l'école, une bonne idée?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.