Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 09:33

Ueli Maurer «Je n’ai pas d’autre choix que le Gripen»

Les premiers essais en vol réalisés en Suède par l’armée suisse sur le prototype du futur Gripen n’ont rien révélé de surprenant, selon Ueli Maurer. Interview

Ueli Maurer: «Je n’ai pas d’autre possibilité que le Gripen. Parce que je n’ai pas davantage d’argent.»

Ueli Maurer: «Je n’ai pas d’autre possibilité que le Gripen. Parce que je n’ai pas davantage d’argent.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ministre de la défense Ueli Maurer reste sur ses positions. Aucune critique ne le démonte. Il défend encore et toujours le choix du Gripen « le meilleur avion pour la Suisse ». Le conseiller fédéral UDC a répété le message avec conviction lors de toute la journée d’information à la presse organisée à la caserne de Jassbach (BE).

Le calendrier du ministre aussi est clair. Le message du Conseil fédéral relatif à l’achat sera présenté cet automne. Il passera ensuite dans les deux chambres et tout indique qu’un référendum sera activé par le biais de crédit spécial demandé pour financer l’achat. La votation populaire devrait avoir lieu lors de la première moitié de 2014.

Une fois la commande signée, il faut quatre ans de développement en Suède. La livraison du premier avion de combat suédois aura donc lieu en 2018. Et les livraisons, à raison d’un appareil par mois, s’étaleront jusqu’en 2020. Interview à la mitraillette du ministre de la défense.

Avez-vous reçu de nouvelles offres des autres avionneurs?

Non, nous n’avons rien reçu. Il y a eu l’épisode des lettres de Dassault aux présidents des commissions de sécurité en janvier.

Et si vous en receviez, est-ce que vous les considéreriez?

Non. Ce n’est plus le moment. La procédure est close.

Restez-vous personnellement convaincu que le Gripen est le bon avion?

Oui. Je n’ai pas d’autre possibilité que le Gripen. Parce que je n’ai pas davantage d’argent. Et, de plus, je suis persuadé que le Gripen est un bon avion. Il présente le meilleur rapport coût – performance.

Mais si le prix venait à augmenter: vous perdriez le principal argument d’achat?

Cette histoire du prix d’achat qui va augmenter, je la lis tout le temps dans les médias. Le prix est fixé. Et nous avons la garantie qu’il n’augmentera pas. Le Conseil fédéral a choisi le Gripen avec ce prix et nous l’aurons à ce prix.

Lors de la décision au sein du Conseil fédéral, le Gripen était-il aussi le choix d’Ueli Maurer?

Oui, absolument. Le Gripen est techniquement à un très bon niveau. Il n’est pas luxueux, mais il répond à toutes nos attentes. Et c’est une philosophie typique de la Suisse, comme de la Suède. Un concentré de technique et d’efficacité au meilleur prix.

Mais l’avion acheté provoque le scepticisme. Sur les 98 modifications demandées, Saab n’en a réalisé que 7.

Les informations publiées dans la presse sont ou imprécises, ou incomplètes ou fausses. Tout ce qui s’est passé en Suède lors des vols d’essai était prévu. Les points les plus importants ont été testés. Nous sommes satisfaits. Et les améliorations vont continuer jusqu’à la livraison des appareils qui n’interviendra pas avant quelques années.

Avant l’armée définissait sa mission, puis elle achetait l’avion dont elle avait besoin. Aujourd’hui on a l’impression du contraire : on va modifier les missions en fonction des capacités de l’avion acheté ?

C’est une impression véhiculée par les médias, mais pas au sein du département de la défense. Nous restons convaincus de notre choix. Et sommes persuadés que les critiques entendues sont toujours le fait des mêmes ennemis de ce jet de combat.

Mais le Gripen compte tout de même beaucoup d’ennemis. Inquiétant ?

Non, il n’en a pas autant que ça. Mais ils sont écoutés des médias.

Craignez-vous les résultats de l’enquête de la sous-commission. Le processus pourrait-il repartir à zéro ?

Non, je ne pense pas. Nous avons travaillé de manière minutieuse. Je m’attends à un rapport très critique. Mais nous pouvons apporter des réponses à toutes les questions qui se posent.

Reste l’incertitude de la Suède. Elle n’a pas formellement encore décidé de moderniser sa flotte avec le Gripen E/F.

Tous les entretiens que nous avons avec l’armée suédoise, avec le gouvernement suédois, se passent très bien. Nous n’avons pas de doutes.

Les polémiques actuelles ne vont-elles pas rendre une votation populaire très difficile à gagner?

C’est possible. Mais je crois davantage que toutes les discussions actuelles vont épuiser les questions. Donc au moment de la votation, nous aurons répondu à toutes les interrogations. Et c’est une bonne chose. Mais je n’ignore pas qu’une part de la population ne veut pas d’avions, et pas d’armée. Mais une autre partie de la population veut une défense de qualité. Dans l’ensemble, je suis content que la politique de sécurité soit discutée. Cela signale son importance et permet une prise de conscience. (nxp)

(Créé: 14.05.2012, 21h13)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.