ACCUEIL 23.7.2014 Mis à jour à 00h00

L'ONU condamne l'escalade des violences en Syrie

Genève

Le Conseil des droits de l'homme a fermement condamné les atrocités en Syrie. La résolution présentée par les Etats-Unis et la Turquie a été adoptée par 41 voix contre trois (Russie, Chine, Cuba) et trois abstentions.

Mis à jour le 06.07.2012 2 Commentaires
L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Eileen Chamberlain Donahoe a lancé un appel aux forces de sécurité syriennes. «Ne laissez pas Assad abuser de votre loyauté(...)».

L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Eileen Chamberlain Donahoe a lancé un appel aux forces de sécurité syriennes. «Ne laissez pas Assad abuser de votre loyauté(...)».
Image: Keystone

A Paris, la Suisse encourage le plan Annan

Une délégation dirigée par l’ambassadeur de Suisse à Paris Jean-Jacques de Dardel a participé vendredi à la troisième conférence des «Amis du peuple syrien» dans la capitale française, a indiqué un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

La délégation suisse est intervenue en faveur de la mise en oeuvre du plan en six points de l’émissaire des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan.

La Suisse s’est également prononcée en faveur du principe d’une transition politique en Syrie, adoptée à l’occasion de la conférence du groupe d’action pour la Syrie à Genève le 30 juin 2012.

Articles en relation

Partager & Commenter

Le Conseil des droits de l’homme a mis un terme, vendredi à Genève, à une session de trois semaines en condamnant l’escalade des atrocités en Syrie. L’organe de l’ONU a aussi condamné les violations massives commises en Erythrée et les violences au Mali.

La résolution sur la Syrie présentée par les Etats-Unis et la Turquie a été adoptée par 41 voix contre trois (Russie, Chine, Cuba) et trois abstentions (Ouganda, Philippines et Inde). La Suisse a voté pour.

Les membres du Conseil condamnent «les violations flagrantes, généralisées et systématiques des droits de l’homme en Syrie», ainsi que les crimes commis par les miliciens pro-régime chabiha et le fait que les autorités ciblent «les civils de manière indiscriminée», dont des enfants.

Le texte appelle toutes les parties à cesser les violences et à appliquer immédiatement tous les éléments du plan en six points de Kofi Annan, sans condition préalable. Il demande à la commission d’enquête internationale de continuer de rassembler les preuves des violations des droits de l’homme, dont celles qui pourraient constituer des crimes contre l’humanité, de manière à en traduire en justice les responsables.

Pas de consensus malgré l’accord de Genève

L’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU Eileen Chamberlain Donahoe a souligné la nécessité d’accroître la pression sur le régime syrien pour qu’il mette fin aux violences, améliore l’accès des organisations humanitaires aux civils dans le besoin et assure un accès sans entraves à la commission d’enquête.

Un amendement présenté par la Russie proposant que la résolution condamne également tous les actes de terrorisme en Syrie a été rejeté par 33 voix contre 8 et six abstentions. En demandant le vote, la Russie a déclaré que la résolution «unilatérale» présentée par les Etats-Unis est en contradiction avec les résultats de la conférence de Genève, samedi dernier.

De son côté, la présidente du Conseil Laura Dupuy Lasserre a regretté, devant la presse, qu’il n’ait pas été possible d’adopter la résolution par consensus et qu’»il subsiste des opinions différentes sur une solution pacifique à la crise» malgré l’accord conclu samedi dernier à Genève entre les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

Violations massives en Erythrée

Le Conseil des droits de l’homme a par ailleurs fermement condamné vendredi les violations «massives et systématiques» des droits de l’homme en Erythrée. Un mandat de rapporteur spécial a été créé par l’ONU pour suivre la situation en Erythrée. La résolution sans précédent au Conseil a été adoptée sans vote à la demande du groupe africain et présentée par trois pays, la Somalie, Djibouti et le Nigéria. Le texte dresse un état accablant de la répression en Erythrée.

Il condamne des exécutions sommaires, disparitions, cas de torture, détentions sans jugement et dans des conditions inhumaines, ainsi que les restrictions graves aux libertés fondamentales.

Les membres du Conseil condamnent «la conscription forcée de citoyens pour des périodes illimitées de service militaire, ce qui équivaut à du travail forcé, les allégations de contrainte de mineurs dans l’industrie militaire et minière ainsi que l’intimidation et la détention de membres des familles de ceux suspectés de refuser la conscription».

L’ONU condamne aussi «les pratiques de tir à vue utilisées sur les frontières de l’Erythrée pour empêcher la fuite de ressortissants erythréens et la perception forcée de taxes par les autorités au sein de la diaspora erythréenne».

Violences au Mali

Le Conseil des droits de l’homme a aussi condamné les violences commises dans le nord du Mali «par les rebelles, les groupes terroristes et les autres réseaux de criminalité transnationale organisés, en particulier les violences faites aux femmes, les tueries, les prises d’otages, les pillages, vols et la destruction des sites culturels».

La Haut Commissaire Navi Pillay est chargée de faire rapport sur la situation au Mali lors de la prochaine session en septembre. Jeudi, le Conseil avait aussi condamné les violations des droits de l’homme au Bélarus et créé un mandat de rapporteur pour suivre la situation dans ce pays.

(ats/Newsnet)

Créé: 06.07.2012, 16h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

J.-C Scheurer

06.07.2012, 18:40 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Je me demande bien pourquoi on a droit a un article sur la Syrie quasi tous les jours? Si l'on veut parler de la torture, que l'on parle aussi des USA par. ex., de quasi tous les pays arabes, de la russie, de l'Ukraine, de la chine et de disaines d'autres pays africains: Le fait de ne parler que de la Syrie sent fort la manupulation; cela me rapelle les armes de destruction massive de l'Iraque Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne