Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 01:10

Accident de car de Sierre L'audition des enfants rescapés «apporte des éléments»

Outre les enfants rescapés, des adultes susceptibles d'apporter des informations ont été entendus. Les enquêteurs ont aussi examiné un car identique à celui accidenté et effectué une sorte de reconstitution.

Les sept enquêteurs valaisans sont rentrés de Belgique où ils ont collecté nombre d'informations en lien avec le tragique accident de car dans le tunnel de Sierre.

Les sept enquêteurs valaisans sont rentrés de Belgique où ils ont collecté nombre d'informations en lien avec le tragique accident de car dans le tunnel de Sierre. Image: ARCHIVES/Keystone

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les sept enquêteurs valaisans sont rentrés de Belgique où ils ont collecté nombre d'informations en lien avec le tragique accident de car de Sierre. Il s'agit maintenant de les analyser en détail. L'expertise du car est en cours.

En Belgique, les enquêteurs ont auditionné environ les deux tiers des enfants, soit sept, tous de Louvain. «Les familles des enfants de Lommel estimaient qu'il était trop tôt pour les entendre», a indiqué vendredi Olivier Elsig, premier procureur du Valais central.

Parmi les enfants qui n'ont pas été auditionnés figurent ceux qui étaient le plus grièvement blessés et qui, en Suisse, étaient hospitalisés au CHUV à Lausanne.

Examen d'un car identique

Les enfants ont été entendus accompagnés de leur famille, par un seul enquêteur, dans une salle agréable. «Plus qu'une audition traditionnelle, il s'agissait d'une discussion libre», a précisé Olivier Elsig qui, comme d'autres enquêteurs et un psychologue, assistait à la scène dans une salle annexe.

Les propos des enfants, tous enregistrés sur vidéo, ont été traduits au fur et à mesure du néerlandais au français pour les enquêteurs valaisans. Ces derniers, reliés par des moyens techniques à l'enquêteur-auditionneur, pouvaient suggérer des questions.

«Les propos des enfants apportent des éléments mais ne nous permettent pas à ce stade de déterminer clairement une cause à l'origine de l'accident», souligne Olivier Elsig. Le procureur ne fait pour l'heure aucun commentaire sur ce qu'ont pu dire les enfants concernant les écrans pour la lecteur d'un DVD qui se seraient allumés juste avant l'accident.

Outre les enfants, des adultes susceptibles d'apporter des informations ont aussi été entendus. Les enquêteurs ont également examiné un car identique à celui accidenté et fait une espèce de reconstitution.

Ils ont pu notamment se rendre compte de la configuration exacte du véhicule et notamment de l'emplacement du chauffeur, qui se trouve bien dans une cabine, et des écrans. Olivier Elsig confirme que le lecteur DVD est placé derrière le chauffeur.

Seulement des hypothèses

Pour l'heure, rien ne permet de déterminer la cause de l'accident. Nombre de rumeurs circulent des plus réalistes au plus invraisemblables. «J'ai même entendu dire que Al-Qaïda avait placé une bombe sous le siège du chauffeur», soupire Olivier Elsig.

Parmi les hypothèses plus réalistes figurent un problème de freins, de direction ou encore de régulateur de vitesse qui ne se serait pas déclenché: «Si un des ces problèmes a eu lieu, l'expertise technique du véhicule le montrera», rappelle le procureur. Une expertise qui est actuellement en cours.

Un malaise du chauffeur n'est pas encore non plus complètement exclu. Tout comme la piste d'une erreur humaine, également étudiée.

Travail d'analyse

«Ce voyage en Belgique s'est révélé important également pour dire aux familles que nous sommes à leur disposition et pour répondre à leurs éventuelles questions», souligne Olivier Elsig.

Pour l'heure, les enquêteurs vont notamment s'atteler à décortiquer la masse de documents, procès verbaux et films récoltés sur place. «Il y a un gros travail d'analyse à fournir», précise le procureur. (ats/nxp)

(Créé: 30.03.2012, 11h28)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Suisse