ACCUEIL 28.7.2014 Mis à jour à 01h10

L’émouvant merci des parents belges

Drame de Sierre

Des parents d’Heverlee rendent à leur tour hommage aux secouristes et aux médecins suisses qui ont permis à 24 enfants de survivre au tragique accident de car.

Par Benjamin Pillard. Mis à jour le 05.06.2012
Les 17 enfants de 11 ans de l’école d’Heverlee (B) sont remis sur pied.

Les 17 enfants de 11 ans de l’école d’Heverlee (B) sont remis sur pied.

Lettre ouverte: les mots pour dire merci

«Nous entendons beaucoup de jolies histoires: des sauveteurs qui sont restés tout le temps près d’un enfant et lui ont parlé pour lui insuffler du courage; un homme qui consolait; une femme qui jetait un regard amical, qui faisait un câlin.»

«Nous ne pouvons être qu’admiratifs et exprimer notre profonde gratitude pour tant de soins et d’attentions pour nos enfants.»

Partager & Commenter

La vie a repris le dessus à Heverlee (B). En témoigne cette nouvelle lettre ouverte rédigée par les parents des enfants belges rescapés du tragique accident de car survenu dans le tunnel de Sierre (VS) le 13 mars dernier.

«Thank You – Merci – Dank U wel.» A la manière des proches des écoliers de Lommel, début avril, les familles d’Heverlee ont, aussi, tenu à remercier les «sauveteurs», ces dizaines de secouristes et médecins qui ont travaillé nuit et jour pour sauver la vie des 24 Flamands de 11 ans.

La joie de (re)vivre

«Nous avons été très impressionnés par le soin des secouristes suisses», nous confie Peter Janssen, 42 ans, père de l’un des miraculés à l’origine du courrier. «Tous se sont donnés au maximum, aussi bien professionnellement qu’émotionnellement. On a été très positivement surpris, nous qui pensions que les Suisses étaient plutôt réservés!»

Jointes à la missive, des photographies montrent la dizaine de survivants d’Heverlee dans leur école de Sint-Lambertus. Sur l’un des plus grands clichés, les miraculés réunis sur une place de jeu. Au premier plan, des parents, banderole en mains aux côtés de trois enfants en chaise roulante. D’autres jeunes sont en équilibre sur les cordes d’une installation de jeu. Tous respirent la joie de (re)vivre.

Cette photo est une réponse à celle envoyée aux parents d’Heverlee et Lommel à la veille de Pâques par le personnel des hôpitaux valaisans. Quelque 80 soignants et médecins avaient posé derrière un étendard: «Guérissez vite, on pense à vous.» «Nous avons voulu garder ce lien avec les parents», explique Florence Renggli, porte-parole du Réseau Santé Valais, toute heureuse d'annoncer que «les enfants ont presque tous repris l’école, y compris ceux qui étaient le plus grièvement blessés. Ils ont une capacité de récupération incroyable!»

Car ces 24 petits Belges reviennent de loin. Leurs cris qui résonnent dans le tunnel, l’odeur de mort… Alain Rittiner, chef des opérations pour l’Organisation cantonale valaisanne des secours (OCVS), n’oubliera jamais cette nuit-là. Comme ce moment où lui et ses hommes ont tenté de rassurer les enfants en les regardant dans les yeux, faute de parler flamand.

Humilité

«Aujourd’hui encore, les images reviennent. L’intervention, le sauvetage… et maintenant les remerciements.» Des lettres d’anonymes, cet ambulancier expérimenté et ses services en ont reçu des wagons. «Ces messages nous aident à vivre avec les vivants.»

A la police cantonale valaisanne, un seul mot d’ordre: humilité. «Ces remerciements sont très touchants, mais on ne les cherche pas, commente Jean-Marie Bornet, chef de l’information. On ne veut pas en faire une vitrine, par respect pour les proches des 28 victimes.»

Des familles endeuillées qui ne savent toujours pas ce qui s’est exactement passé ce 13 mars à 21h15 dans ce tunnel. Deux rapports d’expertise techniques attendus pour la mi-juin devraient permettre d’y voir plus clair. Et d’entamer un véritable processus de deuil. (Le Matin)

Créé: 06.06.2012, 07h18

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce