ACCUEIL 17.9.2014 Mis à jour à 00h03

L'imposition des bonus adoptée au Conseil des Etats

Salaires abusifs

Après le Conseil national, la Chambre haute du parlement a avalisé jeudi ce projet, qui sera soumis en votation en tant qu'alternative à l'initiative populaire sur les salaires abusifs.

Mis à jour le 31.05.2012 6 Commentaires
La Chambre des cantons s'est ralliée au contre-projet direct à l'initiative de Thomas Minder.

La Chambre des cantons s'est ralliée au contre-projet direct à l'initiative de Thomas Minder.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Le peuple se prononcera sur l'imposition des bonus de plus de 3 millions de francs.

Par 23 voix contre 15, la Chambre des cantons s'est ralliée au contre-projet direct à l'initiative de Thomas Minder. Elle avait jusqu'ici soutenu une telle proposition mais au niveau de la loi. «Il s'agit du dernier acte d'une histoire interminable», a résumé le rapporteur de la commission Pirmin Bischof (PDC/SO).

Ce contre-projet vise à ce que les sociétés ne puissent plus considérer les parts de rémunération dépassant 3 millions par personne et par exercice comme charges justifiées par l'usage commercial. L'excédent serait dès lors imposé.

Le peuple dira s'il soutient cette solution et s'il la préfère à l'initiative de Thomas Minder. Seul un des deux textes peut passer la rampe.

L'initiative sur les salaires abusifs mise de son côté essentiellement sur un renforcement du droit des actionnaires. Par 21 voix contre 15, le Conseil des Etats s'est rallié au National et appelle au rejet de ce texte.

Le Parlement a déjà adopté une révision de loi reprenant, mais de manière plus souple, les principales revendications de l'entrepreneur schaffhousois.

Ainsi, alors que l'initiative exige l'interdiction absolue de parachutes dorés et d'indemnités anticipées, la révision de loi laisse la porte ouverte à des exceptions.

Elle ne pourra s'appliquer que si l'initiative est retirée ou rejetée et si aucun référendum n'est ensuite lancé contre elle.

Vaine opposition

Dans le débat de jeudi, plusieurs sénateurs se sont opposés en vain au contre-projet direct visant à imposer les bonus de plus de 3 millions de francs, estimant qu'une telle disposition n'a pas sa place dans la constitution. Selon eux, elle devrait figurer dans une loi.

Plusieurs orateurs, à l'image de Martin Schmid (PLR/GR) et de This Jenny (UDC/GL), ont aussi fait valoir que le contre-projet indirect adopté au printemps par le Parlement est une alternative suffisante, car ce texte reprend en bonne partie les revendications de l'initiative.

Thomas Minder (sans parti) s'est lui aussi battu vigoureusement contre le contre-projet direct. Présenter au peuple à la fois un contre-projet indirect et un contre-projet direct à une initiative serait une première, a-t-il relevé. «Ce serait illogique et le peuple ne le comprendrait pas. On créerait ainsi un précédent.»

«On peut détruire la démocratie si l'on présente un tel 'bircher muesli' au peuple», a-t-il martelé. L'entrepreneur a donc appelé le Conseil des Etats, en tant que «Chambre de réflexion», à éviter ce scénario. Mais il n'a pas été entendu.

Quant à la ministre de la justice Simonetta Sommaruga, elle a estimé, pour contrer un argument des opposants, que la taxation des bonus n'est pas un nouvel impôt, mais une «incitation pour les actionnaires à influer sur la politique de rémunération de leurs entreprises». (ats/Newsnet)

Créé: 31.05.2012, 10h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

pierre dupuis

31.05.2012, 11:02 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Contre projet direct,contre projet indirect, ils s'acharnent tous pour détourner le fond et le but de cette initiative la rendre tellement confuse que les gens n y comprennent plus rien! Les actions des multinationales sont entre leurs PROPRES mains,directement, ou indirectement via les gros investisseurs, AVS/AI, LPP, assurances etc qui cèdent leurs droits de vote aux dirigeants de ces sociétés Répondre


CH 123

31.05.2012, 17:36 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Dans cette histoire, le petit peuple sera une fois de plus le dindon de la farce. Lui qui paie ses impôts sur tous ces revenus ! C'est comme les dopés et les contrôles anti-dopage, les uns trouvent la parade aussi vite que les autres arrivent à les détecter. Nul doute que les sociétés trouveront rapidement une parade en faveur de leurs hauts et "chers" salariés ! Répondre



Sondage

Armée: faut-il autoriser le retour des munitions de poche dans les foyers suisses?




Équiper les policiers de minicaméras lors de leurs interventions, est-ce une bonne idée?

Oui, car cela renforcerait l'efficacité des interventions.

 
52.5%

Non, car il y aurait trop d'effets pervers.

 
15.3%

Peut-être, mais la pratique devrait être solidement réglementée,

 
32.2%

1832 votes au total

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce