ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 16h20

L'initiative UDC dans toutes les boîtes aux lettres

Criminalité des étrangers

L'UDC va envoyer à tous les ménages suisses pour le 1er Août sa 2e initiative sur le renvoi des criminels étrangers. Selon Toni Brunner, le Conseil fédéral rechigne à mettre en oeuvre la première initiative.

Mis à jour le 28.07.2012 50 Commentaires

Pour le président du parti Toni Brunner, «il est grand temps de faire respecter la volonté du peuple».
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

L'Union démocratique du centre (UDC) va envoyer à tous les ménages suisses pour le 1er Août sa 2e initiative sur le renvoi des criminels étrangers. C'est ce qu'on annoncé samedi le président du parti Toni Brunner et le vice-président Claude-Alain Voiblet.

L'UDC avait lancé mardi dernier la récolte de signatures pour son initiative «pour le renvoi effectif des étrangers criminels». Ce texte est fondé sur la première initiative pour le renvoi des étrangers criminels, acceptée le 28 novembre 2010 par près de 53% des votants. Le parti devra récolter l'ensemble des paraphes avant le 24 janvier 2014.

Selon le parti agrarien, les autorités fédérales rechignent à mettre en oeuvre les dispositions constitutionnelles acceptées par le peuple et retardent sans cesse son application. «Le Conseil fédéral foule au pied la volonté du souverain», estime le parti. «Il est grand temps de faire respecter la volonté du peuple», ajoute-t-il encore.

«Agir dans l'intérêt des victimes»

Avec le lancement de cette seconde initiative, l'UDC entend «agir une nouvelle fois dans l'intérêt des victimes» et plus particulièrement des étrangers qui «respectent les lois». Selon le parti, la criminalité ne cesse en effet d'augmenter et les étrangers sont pour la première fois majoritaires parmi les auteurs de délits pénaux.

Cette initiative dite de mise en oeuvre prévoit l'expulsion automatique dans leurs pays d'origine des étrangers coupables de délits graves comme les assassinats, les brigandages ou les viols. Les récidivistes sont également concernés, dans les cas où ils représentent un danger pour la sécurité publique par des menaces contre les autorités, des rixes ou des lésions corporelles. (ap/Newsnet)

Créé: 28.07.2012, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

50 Commentaires

Stéphane Sauthier

28.07.2012, 17:17 Heures
Signaler un abus 33 Recommandation 0

On nous fait voter sur un texte, et une fois la décision du peuple prise, on apprend que c'est innaplicable en vertu des conventions internationales.....pauvre pays Répondre


Madeleine Fivaz

28.07.2012, 19:22 Heures
Signaler un abus 30 Recommandation 0

Je suis pour la démocratie ou du moins ce qu'il en reste ! Nous avons voté et l'initiative n'est toujours pas mise en application ! Les droit internationaux ? Laissez-moi rire ... Que certains pays balaient devant leur porte ! Répondre



Sondage

Votre vie spirituelle vous porte à croire en...




Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce