Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 01:10

Votations du 9 février L'initiative anti-immigration de l'UDC gagne du terrain

Un «oui» à l'initiative de l'UDC «Contre l'immigration de masse» pourrait devenir réalité le 9 février, selon le deuxième sondage SSR. L'adoption du projet du FAIF se dessine, alors que le rejet de l'initiative contre l'avortement se confirme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'initiative de l'UDC, qui veut réintroduire le régime des contingents pour tous les migrants, génère une large mobilisation, qui profite au camp du «oui». Si la votation avait eu lieu la semaine passée, le texte aurait été refusé au ras des pâquerettes, par 50% des personnes, a annoncé mercredi un sondage commandé par la SSR et réalisé par l'institut de recherche GfS Bern.

Multiplication des partisans

C'est 5% de moins que lors du précédent sondage, publié le 10 janvier. Le camp du «oui» a lui gonflé, passant de 37 à 43%. Le nombre d'indécis a reculé d'un point, à 7%.

Il y a eu moins de changement pour les deux autres objets soumis au vote. Le projet de financement et d'aménagement du réseau ferroviaire (FAIF) serait toujours accepté par 56% des personnes, contre 28% de «non» ( 1% par rapport au premier sondage). Le nombre d'indécis reste toujours très élevé, à 16% (-1%).

Le sort de l'initiative «Financer l'avortement est une affaire privée» semble davantage fixé: 58% des personnes interrogées refusent que l'avortement ne soit plus remboursé par l'assurance de base, 36% ( 1%) soutiennent l'idée lancée par les milieux conservateurs et 6% n'ont pas d'avis. Toutes les régions linguistiques rejettent le texte, mais le «non» est le plus fort en Suisse romande (70%).

Exprimer son mécontentement

Selon les analystes de GfS Bern, l'évolution des intentions de vote est «atypique» concernant le texte sur l'immigration. «De nombreux électeurs veulent ainsi exprimer leur mécontentement», écrit l'institut dans un communiqué. Ainsi, les personnes sans affiliation partisane sont 49% à soutenir l'initiative contre 39%. Début janvier, c'était l'inverse.

L'institut de recherche se veut donc très prudent: «il n'est pas possible de prévoir les résultats du 9 février.» Tout dépendra, selon les chercheurs, de la mobilisation de chaque camp d'ici aux votations. Car les changements peuvent rapidement survenir.

Preuve en est avec le fossé entre régions urbaines et rurales, apparu en un peu moins d'un mois. Dans les premières, le rejet du texte de l'UDC domine par 58% contre 37%, alors que les secondes lui sont favorables à 51% contre 42%.

Clivages régionaux

Au clivage ville-campagne vient s'ajouter celui entre régions linguistiques. Les Tessinois soutiennent avec le plus d'enthousiasme l'initiative de l'UDC (54% de «oui» contre «34% de «non»), alors que les Suisses romands se montrent les plus réfractaires (54% de «non» contre 35% de «oui»). Les Suisses alémaniques se tâtent encore: 49% de «non» contre 46% de «oui». Dans toutes les régions, le camp du «non» recule au profit du «oui».

Les arguments des initiants semblent davantage convaincre, relève GfS Bern. Ainsi, 65% des personnes interrogées estiment que la Suisse doit contrôler elle-même l'immigration, même s'ils sont 60% à être conscients que le retour des contingents causerait beaucoup de bureaucratie et ferait monter les prix.

La menace de la rupture ne fonctionne plus

L'argument que l'immigration incontrôlée a nui à la qualité de vie en Suisse séduit largement aussi. Surtout, les sondés sont 54% à penser que la Suisse doit prendre le risque de résilier les accords bilatéraux avec l'Union européenne.

Le fonds de financement du réseau ferroviaire devrait avoir moins de soucis à se faire, selon l'institut de recherche. Malgré le nombre encore élevé d'indécis, «une adoption est problable». Toutefois, les votes de protestation contre les autorités, fortement mobilisés avec l'initiative sur l'immigration, pourraient compromettre le projet du gouvernement, redoutent les chercheurs.

Forte participation annoncée

Parmi les partis, seuls les supporters de l'UDC s'opposent au FAIF, par 52% contre 35%. Les électeurs les plus favorables sont les Verts (92% de «oui») et les socialistes (79%), suivis des partisans PDC (62%) et PLR (61%).

Les sondés ont été 47% à annoncer vouloir voter le 9 février, soit 6% de plus que par rapport au premier sondage. Le sondage a été réalisé entre le 20 et le 25 janvier auprès de 1420 citoyens provenant des trois principales régions linguistiques de Suisse. La marge d'erreur se situe entre /- 2,7%. (ats/nxp)

(Créé: 29.01.2014, 17h07)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.