ACCUEIL 3.9.2014 Mis à jour à 08h40

L'interdiction de fumer fait tousser les partis bourgeois

Initiative

L'interdiction de fumer prônée par l'initiative en votation le 23 septembre n'aurait d'autre objectif à terme que la prohibition, selon ses opposants. Un comité de droite a lancé vendredi la campagne en faveur du «non».

Mis à jour le 06.07.2012 17 Commentaires
Depuis deux ans, une loi fédérale interdit de fumer à l'intérieur des lieux publics et au travail mais prévoit des exceptions, comme des fumoirs avec service.

Depuis deux ans, une loi fédérale interdit de fumer à l'intérieur des lieux publics et au travail mais prévoit des exceptions, comme des fumoirs avec service.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Pour les partis bourgeois, l'initiative populaire «Protection contre le tabagisme passif» est un projet inutile, excessif et antifédéraliste. Ils peuvent compter sur le soutien de quelques dissidents de gauche, tel le conseiller national Geri Müller (Verts/ AG) venu prôner le respect des minorités et des libertés individuelles.

Depuis deux ans, une loi fédérale interdit de fumer à l'intérieur des lieux publics et au travail mais prévoit des exceptions, comme des fumoirs avec service ou des établissements fumeurs de moins de 80 mètres carrés. Les cantons peuvent adopter des réglementations plus sévères. Beaucoup l'ont fait à l'instar de Genève, Neuchâtel, Fribourg, Vaud et du Valais.

Interdiction absolue ?

L'initiative de la Ligue pulmonaire réclame une interdiction générale de fumer dans les espaces fermés accessibles au public moyennant des exceptions qu'elle ne mentionne pas, a relevé le président du PDC Christophe Darbellay.

Selon le Valaisan, l'acceptation de ce texte conduirait dans les faits à une interdiction totale des fumoirs dans toute la Suisse et de la fumée sur les lieux de travail. Or aucun canton, même pas Genève, ne sont allés aussi loin, a-t-il critiqué.

Qui donc veut-on protéger contre le tabagisme passif dans un bureau individuel ?, a lancé le conseiller national Thomas Aeschi (UDC/ZG). Quant aux fumoirs et aux établissements fumeurs, seules les personnes qui y consentent peuvent actuellement y travailler, a noté Christophe Darbellay.

Mauvais pour les bistros

Pour le comité, l'acceptation de l'initiative aurait de lourdes conséquences pour l'économie. Un tiers des membres de Gastro Suisse ont subi une baisse de chiffre d'affaires avec l'interdiction de fumer et seul 4% l'ont vu augmenter, a souligné la conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter (PLR/SG).

La suppression des fumoirs pénaliserait tous les établissements qui ont investi de fortes sommes pour les mettre sur pied. Une interdiction absolue de fumer contraindrait en outre les clients à aller tirer sur leur cigarette à l'extérieur. Ce qui ne ferait qu'augmenter le tapage nocturne.

Libéralisme et prohibition

La réglementation actuelle est libérale et permet aux gens de choisir ce qu'ils veulent, s'est félicité Geri Müller. Ainsi, dans sa ville de Baden, on trouve des restaurants sans fumée. Mais aussi quatre bars fumeurs. Le patron et les employés sont adeptes de la cigarette. Et même les non-fumeurs y viennent.

Le comité n'a pas manqué de relever au passage qu'une nouvelle initiative populaire, plus restrictive encore, venait d'être lancée. «Ce n'est sans doute qu'une question de temps avant de voir arriver une interdiction de fumer dans les locaux fermés. Mais voulons-nous interdire de fumer sur les rives du lac, dans les parcs ou sur les terrasses ?», a lancé le conseiller national Thomas Maier (PVL/ZH). (ats/Newsnet)

Créé: 06.07.2012, 14h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

17 Commentaires

Georges Alexandre

06.07.2012, 16:00 Heures
Signaler un abus 24 Recommandation 0

Quand quelqu'un que je ne connais absolument pas veut prendre soin de ma santé malgré moi, je commence à sérieusement me méfier et lui demande : De quoi je me mêle ? Les anti-fumeurs obsessionnels finissent par avoir une mentalité de taliban. A propos, je ne fume pas. Répondre


Michel GASSER

06.07.2012, 16:59 Heures
Signaler un abus 14 Recommandation 0

Je suis non-fumeur, j'ai accepté la loi sur la fumée actuellement en vigueur, qui me satisfait entièrement. Je ne suis pas d'accord d'aller plus loin et d'ennuyer les fumeurs jusqu'à n'en plus pouvoir. Par contre, ayez la politesse de ne plus jeter vos mégots sur le trottoir ou par la fenêtre de la voiture... Répondre



Sondage

Déclaration anti-drapeau des jeunes PS, site de dénonciation anti-profs du côté UDC… Les jeunes des partis poussent-ils la provoc trop loin?




Sondage

Vous voudriez manger sainement mais c'est difficile car...






Sondage

Doit-on taxer davantage les automobilistes pendulaires?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce