Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 06:38

Asile L'ombre du durcissement de la loi sur les Journées du réfugié

Les Journées du réfugié 2012 et leurs diverses animations ont démarré dans plus de 200 villes et communes. Les festivités sont marquées par le durcissement de la loi sur l’asile voté au Conseil national.

A l'occasion des Journées du réfugié, les organisations d’entraide et les communautés religieuses appellent à l’échange et à la solidarité.

A l'occasion des Journées du réfugié, les organisations d’entraide et les communautés religieuses appellent à l’échange et à la solidarité. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Journées du réfugié 2012 et leurs diverses animations ont démarré samedi, alors que le Conseil national vient de miser sur un durcissement de la loi sur l’asile. Organisations d’entraide et communautés religieuses appellent à l’échange et à la solidarité.

Les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire en Suisse apportent une précieuse contribution à la société, souligne l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) sur son site Internet. Il s’agit de rendre hommage à ces apports positifs.

Les festivités sont marquées par le tour de vis voté au National. Les organisateurs espèrent «que les gens participeront massivement et montreront ainsi leur désaccord», a dit à l’ats Beat Meiner, secrétaire général de l’OSAR.

Des animations sont organisées dans plus de 200 villes et communes: discours, repas en commun, lectures, spectacles, musique, ou encore «cercles de silence» comme à Berne ou à Vevey (VD) par exemple. Ce type d’action se veut un témoignage silencieux représentant un appel à davantage d’humanité envers les sans-voix.

Communautés religieuses aussi

Quant aux communautés religieuses, elles se sont unies pour livrer un appel à l’occasion du sabbat des réfugiés et du dimanche des réfugiés, qui ont toujours lieu en parallèle à ces Journées.

Si l’hospitalité présente «le risque d’inviter à entrer la mauvaise personne» et peut susciter la méfiance, le risque est plus grand encore de claquer la porte au nez d’un être humain bienveillant, expliquent en substance la Conférence des évêques suisses (CES), la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et l’Eglise catholique-chrétienne de la Suisse (ECCS).

Un message qui tombe bien à l’heure actuelle, au vu des récents débats au Conseil national, note Simon Weber, porte-parole de la FEPS, interrogé par l’ats. Il espère «que le débat soit différent aux Etats.»

La FEPS ne fait pas de politique partisane mais se préoccupe du respect de la dignité humaine. A ce titre, la perspective de voir appliquer uniquement l’aide d’urgence aux requérants d’asile, et celle de voir disparaître la possibilité de demander l’asile dans une ambassade suisse, lui font particulièrement souci.

A noter que la Journée mondiale du réfugié, elle, aura lieu mercredi. (ats/nxp)

(Créé: 16.06.2012, 14h04)

Sondage

Manuel Valls a-t-il une chance de devenir président des Français?


S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.