Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:57

contact La Suisse est prête à accueillir Ioulia Timoschenko

Par l'intermédiaire de Didier Burkhalter, la Suisse s'est déclarée prête à venir en aide à l'ancienne chef du gouvernement ukrainien.

Julia Timoschenko.

Julia Timoschenko. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse est prête à accueillir Julia Timoschenko, l'ancienne chef du gouvernement ukrainien actuellement en grève de la faim en prison. La Confédération est également prête à tenter une médiation entre l'Ukraine et l'Union européenne (UE) qui veut boycotter l'Euro 2012, a déclaré dans la presse dominicale alémanique le conseiller fédéral Didier Burkhalter.

"Si les parties - Union européenne, Allemagne et Ukraine - le désirent, nous sommes prêts à jouer les intermédiaires et, d'autre part, à aider", a expliqué à la NZZ am Sonntag le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter.

La Suisse a les compétences et les spécialistes pour jouer un rôle dans la résolution des conflits. C'est la raison pour laquelle Didier Burkhalter peut imaginer que la leader de l'opposition emprisonnée et peut-être maltraitée puisse être soignée médicalement en Suisse, comme des parlementaires helvétiques l'ont déjà demandé.

Les soins médicaux de Ioulia Timoschenko ne sont toutefois qu'un aspect de la solution. Sur cette question, l'important est que nous trouvions une solution conforme au respect des droits de l'homme, le choix du lieu où elle sera traitée étant secondaire, a relevé dans Der Sonntag Didier Burkhalter.

Contact avec l'Ukraine

Le patron du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) reconnaît que la Suisse est déjà en contact avec l'Ukraine depuis plusieurs mois.

Il n'apprécie guère que l'on mette de l'huile sur le feu en politique avec des appels au boycott de l'Euro en Ukraine. "Je ne crois pas que des menaces de boycott vont apporter beaucoup dans cette situation", a-t-il relevé dans la NZZ am Sonntag.

Le groupe parlementaire Suisse-Ukraine avait demandé au Conseil fédéral de proposer aux autorités ukrainiennes de faire venir en Suisse Julia Timoschenko pour y bénéficier de traitements médicaux.

La présidente de la Confédération, Eveline Widmer-Schlumpf, a déclaré qu'elle était ouverte à une telle solution. Le dossier est cependant entre les mains du chef du DFAE. (ap/nxp)

(Créé: 06.05.2012, 07h57)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.