ACCUEIL 23.7.2014 Mis à jour à 20h53

La Weltwoche compare les Romands aux Grecs

Röstigraben

«Les Romands sont les Grecs de la Suisse», écrit la Weltwoche dans sa dernière édition. L'hebdomadaire zurichois fauche large et aligne clichés et statistiques pour suggérer que la Suisse francophone vit au crochet du pays.

Par Marc-Henri Jobin. Mis à jour le 01.03.2012 279 Commentaires
La couverture du dernier numéro de la «Weltwoche» ne laisse guère de doutes sur le message adressé aux lecteurs alémaniques: le Romand vit au-dessus de ses moyens, le verre de blanc à la main, les pieds sur le bureau où les dossiers s'accumulent et où sa maîtresse a oublié son dessous. En attendant bien sûr d'aller soigner son swing au golf!

La couverture du dernier numéro de la «Weltwoche» ne laisse guère de doutes sur le message adressé aux lecteurs alémaniques: le Romand vit au-dessus de ses moyens, le verre de blanc à la main, les pieds sur le bureau où les dossiers s'accumulent et où sa maîtresse a oublié son dessous. En attendant bien sûr d'aller soigner son swing au golf!

Roger Köppel, l'éditeur et le rédacteur en chef de la Weltwoche, aime à jeter les pavés dans la mare, à l'instar de ses mentors de l'UDC zurichoise. (Image: DR)

Articles en relation

Traduit en français, on dira «Laisser-aller méditerranéen»: tel est le titre de l'article central que nous sert cette semaine l'hebdomadaire zurichois Die Weltwoche. Mais de qui parle-t-on? Des Romands qui ne sont ni plus ni moins que «les Grecs de la Suisse», comme le magazine l'ajoute d'ailleurs à la ligne suivante.

La Weltwoche, notoirement proche des idées défendues par l'UDC zurichoise, n'écrit pas noir sur blanc que les «Welsches» vivent au crochet des Alémaniques, sérieux et travailleurs. Mais elle s'applique à le suggérer sur quatre pleines pages.

Fainéants

Tous les clichés connus et entendus y passent, y compris les affaires Mark Muller, Garbani et Lombardi. Mais cette fois, statistiques et chiffres à l'appui. Pour éviter de voir quiconque finasser sur la représentativité de telle donnée ou de telle source, le journal n'y va pas avec le dos de la cuillère et joue sur l'effet d'accumulation.

Premier thème de choix, juste après une photo montrant des Romands ouvrir les bouteilles dans une piscine en plein hiver au Col des Mosses: le chômage. Même dans les bonnes années, la Romandie présente des taux de sans-emploi deux fois plus élevés que la Suisse alémanique, constate Andreas Kunz, l'auteur de l'article.

Noceurs

Citant une étude (Does culture affect unemployment?) réalisée par les Universités de Lausanne et de Zurich, il ajoute que, même dans les régions situées sur le «rideau de rösti», les francophones présentent un niveau de chômage plus élevé que leurs voisins germanophones. Alors que les chances sont les mêmes pour tous.

Les Romands sont aussi, selon les sondages cités, plus stressés au travail, plus enclins à consommer des médicaments pour tenir le coup et, bien entendu, plus nombreux à boire de l'alcool sur leur lieu de travail. Les Tessinois restent les champions en la matière? Qu'à cela ne tienne: ils font partie de la Suisse latine.

Endettés

Si comme l'Union européenne (UE) - qui, une fois n'est pas coutume, sert de référence au journal - la Suisse avait un Traité de Maastricht, les cantons romands ne seraient pas à la fête, poursuit le magazine de Roger Köppel.

En matière d''endettement, les cantons romands trustent les premières places. Sur la plus haute marche du podium, Genève, où il atteint 13,5 milliards de francs, soit 162% des recettes fiscales annuelles. A ses côtés, les cantons de Neuchâtel (1,5 milliard; 81%) et de Vaud (6,1 millards; 72%).

Cette situation trouve un reflet dans la «charge des intérêts», qui justement plombe actuellement la Grèce. Selon l'IDHEAP, la charge nette à payer par le canton de Neuchâtel représente 6,14% des recettes fiscales directes, contre 2,2% pour la moyenne Suisse.

La Welwoche oublie volontiers Fribourg, nettement en dessous de la moyenne, pour citer les autres cantons romands, où la charge des intérêts va de 4,49% pour le Jura à 5,5% pour Genève.

Et assistés...

Les caisses de pension des cantons romands sont aussi celles qui présentent, selon l'hebdomadaire, les plus faibles taux de couverture. A Genève, il est de 59,4%, à Neuchâtel de 60,1%, alors qu'il atteint 87,4% à Zurich et, mieux, de 99,8% à Lucerne ou en Argovie.

Le magazine passe rapidement sur le fait que les Romands prennent plus de vacances et font moins de sport, pour constater qu'ils sont aussi ceux qui recourent le plus à l'assurance-invalidité, un thème qui lui est cher.

Selon l'Office fédéral de la statistique, la probabilité de devenir un rentier AI est en effet plus grande en Suisse romande. De même, celle de bénéficier de l'aide sociale. Les personnes assistées représentent 6,7% de la population dans le canton de Vaud, 8% à Neuchâtel. La moyenne suisse est à 5%.

... plus encore que les Grecs

Le pompon vient en fin d'article avec les effets de la péréquation financière, à laquelle seuls Genève et Vaud sont contributeurs. Alors que les Grecs reçoivent 690 francs par habitant des caisses de l'UE, les Jurassiens reçoivent 2117 francs par tête du reste de la Suisse, les Fribourgeois 1775 francs et les Valaisans 1763 francs.

Après avoir excusé les cantons d'Uri et Glaris de recevoir plus encore en raison de leur topographie, la Welwoche conclut que les Romands ne sont guère conscients de leur responsabilité individuelle et de leur indépendance.

Les Romands préfèrent se sentir défavorisés et se plaindre d'être dominés par les Alémaniques. Et cela dure, selon la Weltwoche, depuis les batailles de Grandson et de Morat. (Newsnet)

Créé: 01.03.2012, 17h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

279 Commentaires

Le Froid

01.03.2012, 18:35 Heures
Signaler un abus 33 Recommandation 1

On est les grecs de la Suisse, dans le sens qu'on y a fondé la civilisation, et posé toutes les bases de la philosophie et de la science? ça me va. Répondre


Francophone Heureusement

01.03.2012, 18:32 Heures
Signaler un abus 30 Recommandation 2

Ils nous assimilent aux grecs? Mais tant mieux ... Mieux vaut cela que d'être assimiler a qui vous savez ... La culture germanique c'est quoi? les saucisses, la bière et l'obéissance sans discussion au ordres du chef. Ils ont beau mâcher du gravier pour être différents, se sont des allemands point barre. Même les romains se sont dits qu'ils ne valaient pas la paine de les civiliser, c'est dire.. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce