Mercredi 24 août 2016 | Dernière mise à jour 23:29

Votations La presse suisse relève l'échec sec de l'UDC

Une gifle, une claque: la presse écrite du pays est unanime à relever l'échec sec et sonnant de l'UDC avec son initiative sur les criminels étrangers.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La presse salue un sursaut de la société civile, elle pointe déjà les prochains textes de la formation de Christoph Blocher.

En rejetant dimanche par 58,9% l'initiative dite de «mise en oeuvre» à l'initiative de l'UDC sur le renvoi des criminels étrangers acceptée en 2010, les Suisses ont préféré «la voie de la sagesse à la pyrotechnie politique», écrit Le Temps. Ils ont donné un «sévère retour de bâton au berger nationaliste qui veut trier les moutons», surenchérit le Quotidien Jurassien.

«La négation de l'Etat de droit» et de ses principes fondamentaux, la proportionnalité et la séparation des pouvoirs, qu'aurait instaurée le texte de l'UDC en se substituant au Parlement et aux juges, ont révolté la population, note 24 Heures.

Pas même «les mensonges», «les tripatouillages des faits» ou encore les «dérapages racistes et machistes» des représentants du parti nationaliste conservateur lors de la campagne électorale n'ont trompé les citoyens, relèvent à l'unisson Le Courrier et Le Temps. La «grande supercherie de l'UDC n'a pas passé la rampe», se félicitent L'Express et L'Impartial. «L'état de droit est sauf», souffle La Tribune de Genève.

Les erreurs de l'UDC

Le quotidien genevois relève que la direction du parti, «enivrée par ses succès» aux élections législatives fédérales de 2015, a fait des erreurs. En se dressant seule contre les élites et les autorités officielles, l'UDC a été «prise à son propre piège». Les stratèges de la formation «n'ont pas senti d'où le vent soufflait», malgré un contexte international favorable, avec les attentats de Paris, la crise migratoire et les agressions du Nouvel An à Cologne notamment, abondent 24 Heures et Le Temps.

«L'UDC n'est pas le seul porte-parole du peuple», remarque ainsi La Liberté, pour qui le peuple veut un équilibre des pouvoirs. A l'instar de L'Agefi, les commentateurs relèvent la mobilisation «remarquée» de tous les acteurs suisses contre l'initiative, allant du Conseil fédéral à la société civile, en passant par les milieux économiques. «Un sursaut citoyen», applaudit le journal fribourgeois.

Cette «mobilisation exceptionnelle», cette «campagne acharnée mais transparente» et le travail d'information sur le terrain ont payé, remarquent 24 Heures et Le Temps. Mais prudence, dit Le Courrier, L'effort doit se poursuivre, ajoutent les commentateurs, pointant les prochains objectifs de l'UDC, visant les «juges étrangers» et l'asile.

UDC pas affaiblie

Le parti a perdu un peu de crédibilité, mais ne ressort pas affaibli du scrutin et son message anti-étrangers reste porteur, avertit la Tribune de Genève. Il a d'ailleurs encore une fois dicté l'agenda politique pendant des semaines et a réussi le «tour de passe-passe de faire revoter le peuple sur un sujet déjà accepté en votation et déjà traduit par le Parlement dans une loi d'application», souligne Le Nouvelliste.

Il est désormais temps que les juges et les cantons agissent, selon Le Matin. Les Suisses ont accepté de faire confiance aux autorités, note le quotidien lémanique, rappelant que, dimanche, «plus de 40% des votants ont estimé que leur voix n'avait pas été entendue».

Pas de justice d'exception

La presse alémanique voit dans le résultat du scrutin un camouflet pour les populistes et une «victoire de la raison et de l'empathie». «Une nette majorité des citoyens a résisté à la tentation de se défouler sur les étrangers criminels et leur famille», écrit le Bund. Pour le Blick, c'est un «oui» à «une Suisse accueillante», à «une Suisse de la raison et du coeur».

Les Suisses n'ont pas voulu d'un «système de justice à deux vitesses», souligne pour sa part la Neue Zürcher Zeitung. «L'Etat de droit n'a pas été entaché, la séparation des pouvoirs reste intacte et les juges ne sont pas devenus des auxiliaires des politiciens», se réjouit le grand quotidien zurichois.

«C'est la victoire de la raison et de l'empathie», salue le Bund, soulignant le fait que la confiance du peuple dans ses institutions «est bien plus grande que ce que l'UDC prétend». Les mots «confiance» et «raison» reviennent souvent dans les commentaires de la presse alémanique.

«C'est un grand jour pour la Suisse», applaudit de son côté le Tages Anzeiger. Le St.Galler Tagblatt et la Neue Luzerner Zeitung relèvent pour leur part l'engagement citoyen. L'initiative UDC a fédéré contre elle les citoyens du centre droit à l'extrême gauche avec une force rarement vue, note cette dernière. (ats/nxp)

(Créé: 29.02.2016, 06h51)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.