ACCUEIL 2.10.2014 Mis à jour à 12h12

La réforme ne changera-t-elle rien au libre choix du médecin?

Managed care

A près d'un mois du vote sur le réseau de soins intégrés, un sondage publié mardi par le site comparis.ch remet en cause le mythe du libre choix du médecin. Le président de la Fédération des médecins suisses (FMH) réfute.

Mis à jour le 15.05.2012 20 Commentaires
Le spécialiste santé de Comparis.ch estime que le <i>managed care</i> n'influera pas sur le libre choix du médecin. La FMH doute de l'impartialité de l'opérateur.

Le spécialiste santé de Comparis.ch estime que le managed care n'influera pas sur le libre choix du médecin. La FMH doute de l'impartialité de l'opérateur.
Image: Keystone

Partager & Commenter

Selon ce sondage, mené auprès de 1.209 personnes le mois dernier dans toute la Suisse, une grande majorité de Suisses font d'abord confiance à leur médecin de famille pour le choix d'un spécialiste. En effet, 83% des personnes interrogées se fient à lui pour choisir un spécialiste. Seulement 12% font confiance à leurs connaissances, 6% le cherchent par eux-mêmes et 4% se basent sur leur expérience passée.

Pour Felix Schneuwly, expert en assurances maladie chez comparis.ch, il s'agit donc de relativiser l'argument du libre choix du médecin, brandi par les opposants. «La recommandation du médecin de famille est un facteur clé lorsqu'il faut choisir un spécialiste»; le managed care ne changera rien à cela, avance l'expert en assurances maladie.

Un faux débat?

Dans le cadre du débat actuel, l'argument du libre choix du médecin est souvent avancé par les spécialistes. A ce sujet, Felix Schneuwly les accuse de «plutôt défendre leur liberté personnelle, affublée de tarifs garantis par l'Etat». Les résultats du sondage relèguent «le libre choix du médecin au rang de mythe», affirme-t-il encore.

Le sondage révèle également que 85% des sondés s'adressent en premier lieu à leur médecin de famille en cas de problèmes de santé. Seuls 5% se tournent vers un service de conseil médical par téléphone et 2% vont directement voir un spécialiste.

Selon Felix Schneuwly, les résultats confirment que pour la plupart des assurés, le modèle actuellement en débat est d'ores et déjà une réalité. En effet, celui-ci prévoit un renforcement du travail d'équipe entre médecins de famille et spécialistes.

Comparis.ch accusé de partialité

Jacques de Haller, président de la FMH, remet toutefois en cause les arguments de comparis.ch. «La population suisse est attachée au libre choix du médecin. On l'a vu à chaque votation populaire, la dernière fois le 1er juin 2008 à propos de l'article constitutionnel 'qualité et efficacité économique dans l'assurance-maladie', balayé par le peuple». «Les gens veulent pouvoir librement changer de réseau, de médecins ou d'assureurs», ajoute-t-il.

En outre, Jacques de Haller doute de la totale impartialité de comparis.ch. «Comparis est apparemment financé par les assureurs et serait dirigé par un ex-employé du milieu de la santé», dénonce-t-il. «S'il veut défendre l'intérêt général, ce site n'a pas à prendre parti. Ou alors, il doit le faire de manière claire et ne pas se prétendre neutre», a-t-il également déclaré.

C'est suite à l'aboutissement d'un référendum demandé par plusieurs sociétés médicales, dont la FMH, que les Suisses sont appelés à voter le 17 juin sur une modification de la loi fédérale sur l'assurance-maladie visant une généralisation des réseaux de soins.

Créé: 15.05.2012, 13h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

20 Commentaires

Pierre Duniton

15.05.2012, 15:24 Heures
Signaler un abus 20 Recommandation 0

La population constate une fois de plus que le système de santé mis en place par nos politiciens ne profite qu'aux assureurs et prestataires aux dépens des intérêts des citoyens qui ont l'obligation absurde de financer cette LAMal qui n'a jamais été sous contrôle. En supprimant l'obligation de souscrire cette assurance, les prestataires seraient enfin contraints de revoir sérieusement leur offre. Répondre


laurent delcours

15.05.2012, 13:43 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Comparis est financé par des commissions versées par les assurances; la chose a été démontrée récemment et son objectivité slrieusement mise en doute, pour ne pas dire plus, quand il propose une offre "intéressante" (pour qui ?).Du coup, ses sondages et analyses ne peuvent pas être dignes de confiance. Je rejoins là-dessus J. de Haller. Répondre



Sondage

Quelle est votre saison préférée?





Sondage

Via Sicura réprime-t-elle trop sévèrement les automobilistes?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce