ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 09h28

Le Conseil des Etats fait un geste en faveur des généralistes

Médecine de famille

Des mesures devraient être prises rapidement en faveur des médecins généralistes. En attendant, le Conseil des Etats a rompu une lance lundi en direction de cette profession.

Mis à jour le 04.06.2012
Pour assurer la survie de la médecine de famille et faire en sorte que le métier devienne à nouveau attrayant, les généralistes ont lancé une initiative populaire «Oui à la médecine de famille».

Pour assurer la survie de la médecine de famille et faire en sorte que le métier devienne à nouveau attrayant, les généralistes ont lancé une initiative populaire «Oui à la médecine de famille».
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Le Conseil des Etats a adopté sans opposition un contre-projet direct qui colle davantage aux exigences de l’initiative populaire «Oui à la médecine de famille». La médecine de famille est victime d’une pénurie.

Cette profession doit en effet affronter des difficultés dans la formation et l’exercice au quotidien et souffre d’un manque de reconnaissance, a relevé Liliane Maury Pasquier (PS/GE). Or elle est importante, car c’est souvent à ces médecins que la population s’adresse en premier lieu.

Pour assurer la survie de la médecine de famille et faire en sorte que le métier devienne à nouveau attrayant, les généralistes ont lancé une initiative populaire «Oui à la médecine de famille». Pour les sénateurs, qui ont tenu à souligner leur soutien aux revendications de ces médecins, la voie choisie n’est toutefois pas la bonne.

Plutôt que de modifier la constitution, il faudrait agir sans attendre, a relevé Christine Egerszegi (PLR/AG) au nom de la commission préparatoire. Il faut répondre pas des mesures concrètes aux revendications légitimes des généralistes, a ajouté Liliane Maury Pasquier.

Plan directeur

Les services d’Alain Berset élaborent actuellement un plan directeur. On devrait rapidement pouvoir apporter des réponses, a assuré le conseiller fédéral. Tous les acteurs de la santé ont été invités à participer.

Le but est de chercher des solutions avec les médecins et de leur démontrer clairement que leurs préoccupations sont prises au sérieux, a affirmé le ministre de la santé. Plusieurs groupes de travail planchent déjà sur les questions de formation, de tarifs et de nouveaux modèles de soins.

Une nouvelle séance consacrée au plan directeur est agendée le 11 juin. La commission de la santé du Conseil des États se penchera le 20 juin sur le dossier et devrait adopter une motion sur les mesures concrètes à prendre.

Contre-projet

Reste à savoir comment répondre à l’initiative, qui, avec 200’000 signatures, a reçu un important soutien populaire. En sus du fait qu’il faut privilégier les mesures rapides et concrètes, les conseillers aux Etats, tout comme Alain Berset, ont formulé une série de reproches à l’encontre de ce texte.

Il manque de clarté et se focalise sur une seule profession. Il pose en outre des problèmes de répartition de compétences entre Confédération, cantons, universités et autres secteurs concernés. Le texte a donc été rejeté tacitement. Vers un retrait ?

Le Conseil des Etats a préféré miser sur un contre-projet direct, qui devrait être soumis, le cas échéant, parallèlement au verdict du peuple. Présenté comme un compromis, celui-ci devrait permettre aux initiants de retirer leur texte, selon Urs Schwaller (PDC/FR).

Dans la foulée, le délai pour traiter de l’initiative été prolongé d’un an. Il faut laisser le temps aux initiants de se pencher les mesures qui seront proposées. D’ici l’automne 2013, ils pourront mesurer les efforts fournis, a affirmé le conseiller fédéral.

Alain Berset n’a d’ailleurs plus défendu bec et ongles la version plutôt timorée présentée par le Conseil fédéral du temps où Didier Burkhalter était encore ministre de la santé. Comme proposé par le Conseil fédéral, le contre-projet cible la «médecine de base», ce qui inclut des professions comme les physiothérapeutes ou les infirmiers.

Le texte reconnaît la nécessité de promouvoir l’accès de tous à une offre de qualité et d’une législation fédérale sur la formation et l’exercice de la médecine de famille. Tacitement, les sénateurs ont en outre accepté de rependre une des revendications des initiants, en précisant que la Confédération devrait légiférer sur une rémunération appropriée des prestations de la médecine de famille. (ats/Newsnet)

Créé: 04.06.2012, 17h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Les cantons romands doivent-ils sanctionner les fumeurs de cannabis avec plus de sévérité?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne