ACCUEIL 19.12.2014 Mis à jour à 08h03

Le Conseil fédéral rejette le salaire minimum

Initiative

Pas question d'instaurer un salaire minimum en Suisse. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de recommander le rejet de l'initiative populaire de l'Union syndicale suisse (USS). Il ne veut pas lui opposer de contre-projet.

Mis à jour le 04.07.2012 13 Commentaires
Paul Rechsteiner (à gauche) président de l'Union syndicale suisse.

Paul Rechsteiner (à gauche) président de l'Union syndicale suisse.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

L’initiative «pour la protection de salaires équitables» demande à la Confédération et aux cantons d’encourager les conventions collectives de travail (CCT). Mais pour les secteurs où cela n’est pas possible, un salaire minimum de 22 francs de l’heure devra être introduit. Cela correspond à un salaire mensuel de 4000 francs pour 42 heures hebdomadaires. Le Conseil fédéral affirme partager l’objectif des auteurs de l’initiative, soit lutter contre la pauvreté et faire en sorte que toute personne puisse vivre dignement des fruits de son travail. Mais pour lui, le texte remet en question des mécanismes de fixation des salaires qui ont fait leurs preuves en Suisse depuis des décennies.

Partenariat social

Le fonctionnement du partenariat social est un atout majeur pour la place économique suisse. Avec l’introduction d’un salaire minimum légal, il serait affaibli par la diminution de la marge de manoeuvre dans les négociations et de la responsabilité des partenaires sociaux, juge le gouvernement.

La politique salariale suisse est basée sur les principes de la liberté contractuelle et syndicale. Elle laisse une grande latitude aux partenaires sociaux pour fixer les conditions de travail et les salaires, notamment par la négociation de CCT.

Les mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes permettent en outre d’intervenir pour pallier les dérives et le dumping salarial.

Flexibilité

Grâce à l’absence de réglementation rigide, l’économie suisse est parvenue à surmonter rapidement les crises et à retrouver très vite des situations de plein-emploi, martèle le gouvernement.

Les inégalités salariales et la proportion de travailleurs occupant un emploi à bas salaire sont parmi les plus faibles en comparaison internationale.

Un salaire minimum légal national tel que prévu par l’initiative serait de nature à compromettre le bon fonctionnement du marché du travail. Il pourrait mettre en danger des emplois et avoir des conséquences négatives sur les mesures d’accompagnement à la libre circulation.

A terme, les rémunérations pourraient glisser vers le niveau de salaire minimum. Le Conseil fédéral compte remettre son message au Parlement d’ici fin janvier. (ats/Newsnet)

Créé: 04.07.2012, 13h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

13 Commentaires

J.-C Scheurer

04.07.2012, 14:18 Heures
Signaler un abus 15 Recommandation 0

Le salaire minimum est une fausse bonne idée! En effet, tous ceux qui gagnent actuellement un peu plus de Fr. 4000, seront réajusté vers le salaire minimum! De plus les patrons aurront la conscience tranquile puisqu'il seront dans la norme. Dans les pays qui ont un salaire minimum,, la pluspart des travailleurs y sont soumis et beaucoup travaillent en dessous de ce salaire. Donc initiative inutile Répondre


Sebastien Faure

04.07.2012, 20:27 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 0

Oops! Le patronat, les administrateurs et les actionnaires l'ont échappé belle! Encore un peu et des centaines de milliers de travailleurs n'auraient plus été traités comme des serfs taillables et corvéables à merci. Qu'est-ce que serait si la Suisse était gouvernée par la gauche comme des hallucinés s'en étouffe. Répondre



Sondage

Comment évaluez vous la ponctualité des trains CFF en 2014?





  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne