Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 10:08

Secret bancaire Le Conseil national critique l'envoi de données aux Etats-Unis

La remise de données bancaires aux Etats-Unis a surpris la commission de l'économie de la Chambre basse du parlement.

 Le Conseil fédéral a bien agi en exigeant le cryptage des données, mais il reste en position de faiblesse, selon Christophe Darbellay.

Le Conseil fédéral a bien agi en exigeant le cryptage des données, mais il reste en position de faiblesse, selon Christophe Darbellay. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les membres de la commission de l'économie du Conseil national se sont montrés critiques.

Il n'y avait cependant pas d'alternative, a expliqué son président Christophe Darbellay (PDC/VS) à la presse.

Le scandale, c'est que les banques aient continué à faire des opérations douteuses aux Etats-Unis après l'affaire UBS, a-t-il déclaré. La majorité de la commission veut désormais une stratégie de l'argent propre, telle que promise par le Conseil fédéral, avec des directives claires. Sinon, on va continuer avec une tactique du salami, selon le Valaisan.

La plupart des membres de la commission veut une attitude plus ferme. Le Conseil fédéral a bien agi en exigeant le cryptage des données, mais il reste en position de faiblesse, a poursuivi Christophe Darbellay. Visiblement, les onze banques sous pression des Etats-Unis seraient concernées. La commission ne dispose pas d'information à ce sujet.

Quant à la convention de double imposition pendante devant le National et permettant sous conditions les demandes groupées, la majorité de la commission devrait s'y rallier, selon son président.

Banque et Conseil fédéral critiqués

A gauche, on s'en prend aux banques accusées de vouloir régler le problème seules avec les autorités américaines. Il semble que les banques auraient été prêtes à délivrer les données, selon Corrado Pardini (PS/BE).

Le Conseil fédéral est intervenu à juste titre, a-t-il déclaré. Pour le socialiste, il est nécessaire de renforcer la réglementation, le secret bancaire continuant d'ouvrir grande la porte aux évasions fiscales.

L'UDC zurichois Hans Kaufmann accuse quant à lui le gouvernement de mal négocier. La Suisse affronte, selon lui, une guerre économique menée contre sa place financière afin de rendre plus attrayants les paradis fiscaux américains.

Et d'affirmer que le gouvernement trompe le Parlement en présentant toujours de nouvelles adaptations. On ne peut plus parler d'Etat de droit, a déclaré le Zurichois.

Quant aux données cryptées, il pense que les services secrets américains pourront les décoder. (ats/nxp)

(Créé: 31.01.2012, 15h16)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.