ACCUEIL 20.12.2014 Mis à jour à 17h22

Le National adopte la loi sur l’entraide administrative fiscale

Argent propre

La Chambre du peuple a ancré les nouveaux standards de l’OCDE dans la loi et ouvert la voie à l’entraide pour des cas d’évasion fiscale.

Mis à jour le 29.02.2012 1 Commentaire
La Chambre du peuple a commencé de débattre férocement sur le secret bancaire.

La Chambre du peuple a commencé de débattre férocement sur le secret bancaire.
Image: Keystone

Le National a fait mercredi un pas vers l’assouplissement de l’entraide administrative fiscale et l’affaiblissement du secret bancaire. Par 113 voix contre 58, il a ancré les nouveaux standards de l’OCDE dans la loi et ouvert la voie à l’entraide pour des cas d’évasion fiscale.

La balle passe dans le camp du Conseil des Etats. Mais auparavant, la Chambre du peuple se penche encore sur le cas précis des Etats-Unis avec l’adaptation de l’accord de double imposition qui doit autoriser les demandes groupées sur la base de modèles de comportement.

Pour les autres pays, cette possibilité restera exclue même si cela ne figure pas explicitement dans la loi comme l’aurait voulu l’UDC pour éviter toute pêche aux renseignements. La gauche n’a pas eu plus de succès en plaidant pour une autorisation générale des demandes groupées, arguant que la Suisse s’y verrait bientôt contrainte puisqu’elles sont en passe de devenir le standard de l’OCDE.

Ligne du Conseil fédéral

La majorité est toujours restée sourde aux appels contradictoires de la gauche et de l’UDC. Le National a suivi la ligne du Conseil fédéral et a voté une loi sur l’entraide administrative fiscale qui doit accroître la sécurité juridique en ancrant une réglementation déjà contenue dans une ordonnance et une trentaine de conventions de double imposition.

Pour les ressortissants étrangers, l’entraide serait accordée pour la fraude mais aussi pour l’évasion fiscale. Seuls les pays avec lequels la Suisse a conclu des conventions de double imposition seraient concernés. Le National a sèchement refusé d’accorder le même traitement à tout le monde, comme le souhaitait le camp rose- vert.

L’UDC a essayé en vain de mettre les bâtons dans les roues de la transmission de données. Pas question d’exiger que chaque demande d’entraide soit rédigée dans une langue nationale et plus en anglais ou encore que le contribuable concerné soit toujours identifié par son nom ou son adresse, a décidé la majorité.

Données volées

L’entraide ne sera pas accordée sur la base de données volées. Les autorités fiscales helvétiques ne pourront pas non plus se prévaloir des informations fournies à l’étranger pour poursuivre des cas d’évasion fiscale. La loi prévoit en effet que les renseignements ne pourront être utilisés que s’ils auraient pu être obtenus sur la base de la législation suisse.

Au nom de l’équité fiscale, le camp rose-vert a tenté en vain de supprimer cette disposition. «On ne trouve ici dans la région de l’Absurdistan», s’est insurgé Hans-Jürg Fehr (PS/SH). La Suisse va livrer des informations à l’étranger qu’elle ne pourra pas utiliser contre ses propres fraudeurs.

Toucher à cette disposition reviendrait à supprimer le secret bancaire à la hussarde, a rétorqué Fulvio Pelli (PLR/TI). Or, celui- ci va demeurer intégralement pour les personnes domiciliées en Suisse, malgré cette loi.

Au final, seule l’UDC a refusé la loi, hostile au «grignotage continuel» du secret bancaire. Le parti soutient le modèle d’un impôt libératoire comme il a été négocié avec l’Allemagne et le Royaume-Uni.

(ats/Newsnet)

Créé: 29.02.2012, 11h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

pat rick

29.02.2012, 14:15 Heures
Signaler un abus

Punir les banques 'to big to fail' si elles continuent a ne pas respecter les lois du pays en vigeur serait aussi une solution, mais on me souffle dans l'oreillette que cela n'arrange pas les lobby banquier suisses... Répondre



  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce