ACCUEIL 1.9.2014 Mis à jour à 23h04

Le comité de l'initiative Franz Weber est mécontent

Résidences secondaires

Le comité de l'initiative sur les résidences secondaires refuse l'idée que des logements déjà existants puissent être vendus ou transmis par succession.

Mis à jour le 26.05.2012 26 Commentaires
La proposition du groupe de travail fera l'objet d'une audition sous forme de conférence le 18 juin.

La proposition du groupe de travail fera l'objet d'une audition sous forme de conférence le 18 juin.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

L'ordonnance à laquelle oeuvre le groupe de travail garantit, dans sa formulation actuelle, les droits acquis avant le vote limitant à 20% la proportion de résidences secondaires dans une commune, souligne Pierre Chiffelle, conseiller juridique de la Fondation Franz Weber. «Nous y sommes opposés», fustige-t-il dans un entretien publié samedi par Le Temps.

Vera Weber, cheffe de campagne de l'initiative promue par son père, a exprimé la même opposition vendredi soir dans l'émission de la télévision publique alémanique «10 vor 10». Pour elle, cette idée va clairement «à l'encontre de la volonté populaire».

«Des résidences principales, une fois vendues ou héritées, pourront devenir des logements secondaires. Le transfert risque d'être massif», prédit Pierre Chiffelle. De plus, «la hausse des prix, à l'achat ou à la location, est programmée. Elle pénalisera les gens qui cherchent à s'établir dans ces communes», relève-t-il.

Plus de 300 oppositions

Le texte en discussion «reste en outre muet sur les permis de construire que les communes ont délivrés depuis le 11 mars, et qu'elle vont continuer d'octroyer jusqu'à l'entrée en vigueur de l'ordonnance, le 1er septembre prochain au mieux, ou le 1er janvier 2013 au plus tard», constate également Pierre Chiffelle.

La position de la Confédération est que la limite de 20% acceptée par le peuple le 11 mars s'applique à toutes les demandes de permis de construire déposées après cette date. La ministre de l'environnement Doris Leuthard a recommandé le 21 mai aux communes d'attendre l'ordonnance.

«De notre côté, nous formulons des oppositions, ou les soutenons. Nous en sommes à plus de 300. Dans les cas les plus emblématiques, nous ferons recours afin d'aller jusqu'au bout de la démarche», promet Pierre Chiffelle. Le nombre d'oppositions, avant tout en Valais, a au total été multiplié par dix en cinq semaines.

«Lits chauds»

L'ordonnance envisage également d'autoriser de nouvelles résidences secondaires dans les communes qui ont dépassé le taux de 20%, à condition qu'il s'agisse de «lits chauds». «Il s'agit alors de s'assurer que c'est bel et bien le cas. Nous exigeons des garanties sérieuses», dit le conseiller juridique de la Fondation Franz Weber.

Celui-ci salue en revanche l'existence désormais «d'une définition univoque de ce qu'il faut entendre par 'résidence secondaire', soit tout logement qui n'est pas le domicile légal des occupants».

Audition-conférence le 18 juin

La proposition du groupe de travail fera l'objet d'une audition sous forme de conférence le 18 juin. Cantons, partis politiques, ainsi qu'associations et organisations actives au niveau national pourront s'y exprimer.

L'objectif est que les questions en suspens soient réglées par voie d'ordonnance autant que possible juste avant les vacances d'été.

(ats/Newsnet)

Créé: 26.05.2012, 14h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

26 Commentaires

Jean Char

26.05.2012, 14:18 Heures
Signaler un abus 30 Recommandation 0

Cela devient très compliquée. On va donc obliger un héritier à vendre son bien à un local sous prétexte que cela n'est pas sa résidence principale? En tant que Vaudois, je m'excuse envers les Valaisans concernant Chiffelle, un socialiste qui n'a même pas été capable de terminer son mandat, car il avait "mal à la tête". Répondre


citoyen suisse

26.05.2012, 16:45 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

Cette position des initiants n'est pas soutenable. 3 juristes en ont fait la démonstration dans la rubrique "Opinions" du journal Le Temps du 23 mai 2012. Ils ont notamment rappelé qu' aucun des documents pertinents pour la formation de la volonté populaire ne permettait de conclure que la Lex Weber pourrait s’appliquer aux logements existants. Et puis: qui paierait les indemnités d expropriation? Répondre



Sondage

Air14 à Payerne fait-il trop de bruit?




Sondage

Doit-on taxer davantage les automobilistes pendulaires?




Sondage

Les petits Romands doivent-ils désormais apprendre l'anglais avant l'allemand?




Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

L'homosexualité est-elle encore trop montrée du doigt en Suisse?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne