ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 07h57

«Le financement hospitalier actuel est inadmissible!»

Coup de gueule des hôpitaux universitaires

Pour le directeur financier du CHUV, Oliver Peters, le système de forfait par cas introduit un désavantage concurrentiel entre les petits hôpitaux et les centre de soins universitaires. Interview.

Par Xavier Alonso. Mis à jour le 26.04.2012 5 Commentaires
Urs Birchler (à gauche), directeur des finances de l'Inselspital de Berne, en discussion avec Oliver Peters, son homologue du CHUV

Urs Birchler (à gauche), directeur des finances de l'Inselspital de Berne, en discussion avec Oliver Peters, son homologue du CHUV
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Les Hôpitaux universitaires de Genève, Lausanne, Bâle, Berne et Zurich tirent la sonnette d’alarme. La structure tarifaire du nouveau financement hospitalier couvre insuffisamment les cas complexes et les coûts de la formation médicale. Il faut trouver des solutions et vite.

Selon leurs estimations, présentées jeudi à Berne, il va leur manquer 350 millions de francs. Car le système de forfait par cas (SwissDRG) ne reconnaît que 60% des différences induites par la sévérité des cas et des coûts. Or, les cas complexes et onéreux se concentrent justement dans les hôpitaux universitaires. Des hôpitaux de «derniers recours».

Les coûts de formation des médecins assistants sont aussi contestés par les assureurs. Là encore 150 millions vont manquer constatent les Hôpitaux universitaires de Genève, Lausanne, Bâle, Berne et Zurich.

Aussi, les hôpitaux universitaires demandent aux directeurs cantonaux de la santé, aux assureurs, mais aussi à l'Office fédéral de la santé et au nouveau ministre Alain Berset de permettre au plus vite l'application provisoire d'un prix de base séparé qui prenne en considération les exigences spéciales pesant sur la médecine universitaire. Décryptage d’Oliver Peters, directeur administratif et financier du CHUV à Lausanne.

C’est un véritable coup de gueule que poussent les hôpitaux universitaires?

Oliver Peters. Ce n’est pas encore un coup de gueule, c’est un bilan intermédiaire après quatre mois. Nous avons constaté que malheureusement parmi les assureurs et le monde politique la compréhension ne correspond pas à la réalité du système mis en place.

Aussi cette tarification permet à certaines cliniques de faire des bénéfices en pratiquant des spécialisations moins difficiles. A l’inverse, les hôpitaux universitaires prennent en charge les cas insuffisamment payés. Comment en est-on arrivé là?

OP.: La structure tarifaire provoque un déséquilibre parce qu’elle ne reconnaît pas suffisamment les cas lourds. Nous avons une structure des tarifs trop plate. On donne fatalement trop à ceux qui font des choses relativement simples. Et pas assez à ceux qui font des choses très compliquées.

Le report de cas lourds, et donc chers, sur les hôpitaux est à ce point important?

OP.: La statistique le démontre: les gens qui arrivent chez nous transférés d’un autre hôpital, dans le cadre d’un RDG (ndlr: cas réglé au forfait), ont une chance beaucoup plus grande d’être admis en urgence et de séjourner aux soins intensifs. Cela a un impact massif sur les coûts.

Nous avons des déficits de 40% sur la prise en charge des cas lourds dans les hôpitaux universitaires. Et des déficits moyens de 20% sur tous les cas médicaux. De l’autre côté, des marges de profit qui vont jusqu’à 15% ou 20% pour de la chirurgie élective (ndlr: interventions non urgentes et programmées) dans de petits hôpitaux. Ceci pour nous est inadmissible. Voilà la situation!

Ces 350 millions où va-t-on les chercher?

OP.: Jusqu’à maintenant ces 350 millions étaient payés par des tarifs différenciés selon la catégorie de l’hôpital. La seule chose que l’on demande est que l’on soit suffisamment intelligent pour continuer avec ce système différencié jusqu’à ce que le système soit en mesure de reconnaître la différence de lourdeurs des cas. (Newsnet)

Créé: 26.04.2012, 13h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

Pierre Duniton

26.04.2012, 14:14 Heures
Signaler un abus 24 Recommandation 0

Le but de la LAMal était de permettre à chacun d'avoir accès aux soins de base. Chaque citoyen peut constater aujourd'hui que le vrai but était simplement de financer sans limite les prestataires sans que la population puisse exprimer son avis. Ce désastre continuera tant que les politiciens laisseront faire les prestataires aux dépens des intérêts des citoyens. Répondre


bob denard

26.04.2012, 14:25 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

De totu façon il ne devrait même pas être question de 'concurrence' entre les hôpitaux, c'est un service 'public' pour la santé de tous, pas un souk de marchand de tapis !!! Répondre



Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce