ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 01h59

Le financement spécial du Gripen revient par la bande

Analyse

Ueli Maurer a été épinglé pour sa communication dans le dossier Gripen. Seul élément neuf du débat aujourd'hui au National: l’idée de ne pas lier l’achat à des sacrifices progresse parmi les parlementaires.

Par Xavier Alonso / Berne. Mis à jour le 15.03.2012 12 Commentaires

Image: ARCHIVES/Keystone

Mots-clés

[Alt-Text]

«Bis repetita placent». Ce qui est répété souvent finit par plaire. La locution d’Horace pourrait illustrer à merveille la méthode d’Ueli Maurer. Devant le Conseil national, le ministre de la Défense a déroulé cet après-midi son argumentaire habituel sur l’achat des avions de combat et plus précisément sur le choix du contesté Gripen.

Ainsi la négociation est en cours avec le constructeur Saab et le gouvernement suédois pour assurer le meilleur prix et obtenir toutes les garanties nécessaires à l’entame de cette aventure industrielle, a argumenté le conseiller fédéral UDC en demandant de la patience. Mais depuis l’annonce fin novembre 2011 de la décision d’achat de 22 Gripen pour un montant de 3,1 milliards, le dossier n’a cessé de s’envenimer. Pour le coup, l'intervention parlementaire du groupe PDC qui se résume en une demande d’information tombait à point nommé pour que chacun vienne rappeler ses positions.

Ueli Maurer a réitéré, lui, son message: le Gripen est le bon avion pour la Suisse. Surtout du point de vue du rapport prix performances. Il n'empêche que les représentants des différents groupes politiques se sont succédé à la tribune pour fustiger la communication confuse du ministre de la Défense, de son département et du Conseil fédéral.

Par contre, les parlementaires se sont félicité qu’une sous-commission de la sécurité ait été mandaté pour faire toute la lumière sur la procédure d’évaluation ayant abouti au choix de l’avion de combat suédois. Son président Thomas Hurter (UDC/SH) a précisé que son rapport sera remis dans la seconde quinzaine de mai.

Seule vraie nouveauté du débat: la possibilité d’un financement spécial pour acheter ces avions marque des points. Jusqu’à il y a peu le Conseil fédéral prévoyait de lier cette acquisition, ou du moins l’augmentation du budget de l’armée, à un plan d‘économies qui toucherait d’autres secteurs (transports, recherche, éducation). Ce qui exigerait un référendum.

Désormais le Conseil fédéral étudie la possibilité d‘un financement spécial. PDC et UDC saluent cette option qui ne ferait pas de lien entre l’avion de combat et des sacrifices dans d’autres domaines. Et le PS pourrait accepter ce scénario. Car au final, le peuple aurait aussi le dernier mot. En effet, cette option serait aussi soumise à un référendum.

Quelle différence alors? La question posée serait d’une autre nature. Non pas: voulez-vous un avion de combat contre des économies dans les transports, la formation, etc.? Mais oui ou non à l’acquisition d’un avion de combat?

Reste que pour l’instant, personne n’est en mesure de dire où la Confédération irait chercher l’argent nécessaire à alimenter ce fond spécial destiné à régler la facture finale. Encore une fois, les parlementaires détournent l’attention sur des éléments techniques du dossier – comment financer l’achat de l’avion – sans débattre réellement du fond. La Suisse a-t-elle besoin d’un nouvel avion? Les F/A-18 en service, et mis à jour dernièrement, ne suffisent-ils pas aux missions de police du ciel? (Newsnet)

Créé: 15.03.2012, 19h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

12 Commentaires

Jacques Addy

15.03.2012, 21:58 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

En résumé, le Gripen est mauvais en tout, mais il n'est pas trop cher. Ça tombe bien, car on n'a pas d'argent et on n'a pas non plus l’intention de l'engager militairement. Donc, puisqu'il ne servira à rien, autant prendre le moins cher. Voilà comment réfléchit Maurer. D'où mes conclusions: 1. Maurer est un âne 2. Notre politique de défense est dans un cul-de-sac 3. Sortir de notre isolement, vite Répondre


Takeda Raptor

16.03.2012, 08:27 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

J'ai beau soutenir l'armée,je suis totalement contre cet achat, les pays achètent des avions hors de prix et ils hésitent, au final, de les utiliser dans des guerres hautes intensités de peur de les perdre, et ce rabattent sur les drônes, en faisant une bonne défense anti-aérienne et en achetant que des F18 pour la police du ciel, ça suffit. Répondre



Sondage

Les cantons romands doivent-ils sanctionner les fumeurs de cannabis avec plus de sévérité?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!