Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 17:15

Vacances Le paradis a viré au cauchemar

Un Genevois s’est fait piquer par un poisson au venin mortel à l’île Maurice où il séjournait, en famille, au Club Med. Il déplore le manque d’informations sur place.

Le Club Med 5 Tridents d’Albion, à l’île Maurice, est présenté dans les catalogues comme un lieu paradisiaque.

Le Club Med 5 Tridents d’Albion, à l’île Maurice, est présenté dans les catalogues comme un lieu paradisiaque. Image: Le Matin/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alexis Minkoff est révolté. Le Genevois pensait passer des vacances de rêve au Club Med d’Albion à l’île Maurice mais son séjour a viré au cauchemar. Le 29 décembre dernier, il s’est fait piquer au pied par un poisson Pierre, le poisson le plus venimeux au monde qui peut s’avérer mortel. A Maurice, on les appelle les «Laffe La Boue». Et on les craint comme la peste. «Je me trouvais à un mètre de la plage lorsque cela est arrivé: j’ai été piqué à deux reprises. A l’endroit même où nageaient depuis une semaine mes enfants de 7 mois, 5 et 7 ans», raconte ce consultant en immobilier.

L’homme - qui a perdu connaissance - est transporté après une heure et demie, en taxi, à la clinique St Patrick où il est opéré. On lui administre un puissant antivenin développé en Australie. «Sans quoi, je serais décédé. Mon pied avait quadruplé de volume. Le pire est passé, j’ai encore une légère paralysie et de fortes douleurs articulaires, nous explique-t-il au téléphone, mais je déplore que l’on n’avertisse pas les clients - il y a beaucoup de Suisses ici - de ces risques. Que serait-il arrivé si mon bébé de sept mois avait été piqué?» Et de déplorer l’absence de tous panneaux indiquant la présence de ces poissons - et autres dangers - dans ces eaux paradisiaques. «Ma famille, restée sans nouvelle pendant deux heures, ne savait pas si j’étais vivant ou mort....»

Europ Assistance, l’assurance du Club Med n’a pas estimé nécessaire le rapatriement de la famille Minkoff. Fabio Calo, directeur général pour la Suisse du Club Med, assure que «Monsieur Minkoff a reçu toute l’assistance nécessaire sur place, où il est interdit de se baigner sans chaussure. «C’est la première fois que cela se produit ici. Nous contacterons ce Monsieur à son retour en Suisse pour voir dans quelle mesure nous pouvons faire un geste», poursuit Fabio Calo. A la clinique Saint-Patrick, on nous assure en revanche qu’il y a déjà eu au moins un cas dernièrement en provenance d’Albion.

Alexis Minkoff n’en fait pas «une affaire pécuniaire mais de principe». Il a déjà sollicité un avocat à Genève et entend informer le Département des affaires étrangères de son accident. (Le Matin)

(Créé: 05.01.2016, 09h46)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.